BASKET | R2A HOMMES

PHOTOS | Natoye a conquis le derby

Un début de match dominateur des Natoyens leur a permis de prendre rapidement les commandes.

Natoye 85 – Dinant 68

24-8, 21-22, 20-16, 20-22.

NATOYE: Ligot 1, Beuken 4 (1x3), Herquin 15 (2x3), Targez 6, Fontaine 6, Bocquet 19, Davin 16, Van Doninck 4 (1x3), Gilles 14 (2x3).

DINANT: Rimbert 14 (1x3), Barbeaux 2, Longuepée 3, Dethier 16 (1x3), Pourignaux 10 (1x3), Jacobs 3, Beaurir 4, Martin 7 (1x3), Voiturier 8, Boosten 2.

Jamais inquiété, Natoye s’empare du derby et se relance après sa défaite à Neufchâteau. Dinant demeure de son côté toujours sans victoire.

D’entrée de jeu, Bocquet et surtout Davin profitent de leur avantage de taille et de leur mobilité pour se jouer de leur opposant direct afin d’enquiller assez facilement les paniers sous le cercle. Face à la défense agressive natoyenne, Dinant éprouve de grandes difficultés à se frayer un chemin vers l’anneau et manque de patience dans la construction de ses phases (24-8, 10e).

Dans le deuxième quart-temps, les Copères, toujours en zone, resserrent à l’intérieur et empêchent Natoye de trouver des options inside mais ce dernier se rassure à distance via Gilles, Beuken et Herquin. En attaque, les visiteurs s’ouvrent davantage de possibilités de shoot, qu’exploite Dethier, auteur de dix points, et s’octroient même le quart (21-22). C’est 45-30 à la mi-temps.

À peine de retour du vestiaire, Dinant continue sur sa lancée (45-35) avant que les Jaunes ne remettent les pendules à l’heure, à coups de lancers francs et de tirs à mi-distance. C’est 65-46 à la 30e.

Dans le dernier acte, Dinant, combatif et agressif, ne baisse pas les bras et rencontre un nouveau moment fort (68-57) mais à nouveau, les Natoyens, qui multiplient les rebonds offensifs, retrouvent une adresse salvatrice et profitent des oublis défensifs visiteurs afin de reprendre leurs distances. Et puis, la sortie pour cinq fautes de Dethier dès l’entrée du dernier quart, le moteur de l’équipe, handicape les Dinantais. Dans le money-time, même s’il est prolifique, les deux équipes namuroises montrent un pauvre spectacle, décousu et haché qui durera jusqu’au buzzer.