GASTRONOMIE

Yves Mattagne déménage son Sea Grill à la Villa Lorraine

Yves Mattagne déménage son Sea Grill à la Villa Lorraine

Yves Mattagne va quitter le Pentagone pour s’installer à la Villa Lorraine. Mais le restaurant changera de nom. DR

Le restaurant «Sea grill»**, implanté au Radisson Blu dans le Pentagone, déménagera définitivement à la «Villa Lorraine»* en mai prochain. D’ici-là, le chef Mattagne s’installera dans un restaurant pop-up.

Le restaurant «Sea grill»**, aujourd’hui implanté dans l’hôtel Radisson Blu, rue du Fossé aux Loups à Bruxelles, son chef Yves Mattagne et toute son équipe, déménageront définitivement à la «Villa Lorraine»* le 7 mai prochain, ont indiqué jeudi les responsables presse du groupe Villa Lorraine et du groupe hôtelier.

La décoration et l’aménagement de l’établissement situé à deux pas du Bois de la Cambre, sur la Ville de Bruxelles, sera totalement transformé pour l’occasion.

Créée en 1953 par Marcel Kreusch, l’enseigne est rachetée en 2010 par l’homme d’affaires Serge Litvine, après avoir dirigé l’entreprise des gaufres Milcamps - et sa vingtaine d’usines - depuis 1989. La «grande dame de la gastronomie bruxelloise», comme la définit le Michelin, n’affichait alors justement plus aucune étoile au guide rouge.

«Je me suis toujours dit que j’aimerais bien avoir un restaurant. Ça s’est fait un peu par hasard. J’avais des souvenirs d’enfance à la Villa Lorraine, de manger là avec ma grand-mère, avec mon père», explique Serge Litvine. «C’était aussi par passion, parce que tu as toujours aimé la cuisine et la gastronomie», ajoute sa fille Tatiana Litvine, qui gère aujourd’hui le bon fonctionnement quotidien des restaurants au sein du groupe.

L’objectif était de lui redonner de sa superbe et de se recentrer sur «le produit, la véracité dans l’assiette, la simplicité et la gastronomie traditionnelle», avait précisé son propriétaire en 2013 lors de la cérémonie où elle a récupéré un macaron.

Pop-Up

En 2015, M. Litvine décide de reprendre 50% des parts du «Sea Grill»**, l’autre moitié restant aux mains de son chef Yves Mattagne. «On l’a fait pour aider Yves, en tant qu’investisseur. Principalement parce que c’est une belle adresse et parce que c’est une chouette personne. Il nous apporte sa consultance et ses conseils, lors des visites qu’il effectue dans nos restos. Et puis, il est animé par une passion de la cuisine», explique encore l’homme d’affaires.

La page de la rue du Fossé aux Loups va toutefois bientôt se tourner. Le «Sea Grill», sous sa forme actuelle, fermera donc ses portes le 31 décembre, en raison de travaux entamés au Radisson Blu, ne permettant plus le maintien du restaurant doublement étoilé, «compte tenu des besoins et aspirations de chacun».

Entre-temps, Yves Mattagne s’installera dans un restaurant pop-up du 15 janvier au 30 avril 2020, dont le lieu est encore tenu secret.

En parallèle, la «Villa Lorraine»* et sa brasserie assureront leur dernier service le samedi 22 février 2020 avant de fermer leurs portes durant deux mois et demi, le temps de la transformation de l’espace. Elles emménageront alors également dans un lieu éphémère.

«Plus dynamique, plus jeune, une renaissance»

À la réouverture le 7 mai, la «Villa Lorraine» verra son nom modifier, pour devenir une adresse «plus dynamique, plus jeune, une renaissance» en quelque sorte, précise l’attaché de presse de l’enseigne, Audrey Thirar. Au total, depuis sa création, le restaurant a vu défiler six chefs dans ses cuisines: Camille Leurquin, Freddy et Patrick Vandecasserie, Alain Bianchin, Maxime Colin et Gary Kirchens.

Quant à ce dernier, qui avait pris la direction des fourneaux en 2016, le groupe souhaite le garder; il y aurait actuellement des discussions en cours pour d’autres projets.

Outre les deux établissements concernés, le groupe Villa Lorraine détient plusieurs établissements à Bruxelles, dont plusieurs étoilés: «Villa in the sky»**, «Da Mimmo»*, «Villa Emily»*, «Lola», «Odette en ville», «Voltaire» et trois traiteurs.

En mai dernier, le chiffre d’affaires consolidé du groupe, qui compte 180 personnes tous établissements confondus, s’élevait à 19 millions d’euros. Plus de 40% sont dédiés aux frais de personnel et le bénéfice était de 400.000 euros après amortissement (sans compter les loyers des bâtiments dont l’entreprise coupole est propriétaire).