MONS

Cambio inaugure une nouvelle station de voitures partagées à Mons

Cambio inaugure une nouvelle station de voitures partagées à Mons

Une nouvelle station Cambio a ouvert à Mons Cambio

Il s’agit de la sixième dans le centre-ville montois et de la septième sur tout le territoire de la ville.

Lentement mais sûrement, la voiture partagée se développe à Mons. Après l’ouverture d’une cinquième station à la plaine de Nimy en 2017, Cambioa inauguré sa sixième à la rue Masquelier, fin de semaine dernière.

Elle rejoint les stations déjà présentes à la Plaine de Nimy, la Place de Bootle, la gare, l’hôpital Saint-Joseph et au Boulevard Albert Élisabeth. Signalons également une station sur la place de Cuesmes, seule «extra muros».

Ces stations représentent dix véhicules à disposition des Montois qui n’utilisent qu’occasionnellement une voiture. Actuellement, ils sont 170 utilisateurs de Cambio à Mons et le taux d’occupation moyen des véhicules est de presque 35%, ce qui signifie que les voitures cambio bougent plus ou moins 8 heures par jour.

Les voitures partagées se veulent être la solution mobilité idéale pour les personnes qui n’ont pas souvent besoin de se déplacer en voiture (moins de 7000 kilomètres parcourus par an) et qui sont à la recherche d’un moyen de transport facile et pratique, qui soit une alternative économique intéressante à la voiture personnelle, cette dernière grevant le budget du ménage avec ses frais de carburant, d’entretien, d’assurances, de stationnement…

Nec le plus ultra: avec Cambio, on est assuré de trouver une place de parking en permanence, les stations ayant leurs emplacements réservés.

Ville hennuyère la mieux desservie

Avec sept stations, Mons s’affirme comme la ville la mieux desservie du Hainaut. Dans la province la plus peuplée de Wallonie, la société de voitures partagées n’est en outre implantée qu’à Charleroi (trois stations) et Tournai (une station). C’est surtout à Namur, Liège et Wavre que Cambio s’est développé en Wallonie.

Mais si on compare avec la Flandre, on n’est nulle part dans le sud du pays. A titre d’exemple, Malines, 86 000 habitants (soit 10 000 de moins qu’à Mons), dispose de 23 stations dans ses environs. Illustration du train de retard de la Wallonie en matière de mobilité, quand en plus on constate que Cambio n’a pas vraiment de concurrents chez nous…