FOOTBALL

Mata avant Bruges – PSG: «Pourquoi changer notre ligne de conduite?»

Mata avant Bruges – PSG: «Pourquoi changer notre ligne de conduite?»

Clinton Mata, ce lundi en conférence de presse. BELGA

Le Club de Bruges reçoit le PSG ce mardi soir (21h) dans le cadre de la troisième journée de la Ligue des champions.

En forme en ce début de saison, Clinton Mata (26 ans) s’était bien débrouillé face à Eden Hazard, à Madrid, début octobre (2-2). Ce mardi soir, il pourrait être opposé à Kylian Mbappé ou Angel Di Maria. Mais pas de quoi effrayer le défenseur latéral brugeois. «Toute l’équipe est en forme, donc cela permet à chaque joueur de pouvoir se mettre en valeur, estime Mata. Que ce soit Mbappé, Di Maria ou Icardi face à moi, le plus important, c’est d’être sur le terrain et de faire un bon match.»

Le tout, sans complexe, quel que soit l’adversaire en Ligue des champions ou en championnat. «On joue un football posé, avec des consignes très précises, reprend l’ancien joueur de Charleroi et de Genk. Depuis le début de saison, on a toujours pratiqué ce jeu-là, donc je ne vois pas pourquoi on devrait le changer. On garde la même ligne de conduite.»

Sauf que ce mardi, il faudra faire sans Ruud Vormer, suspendu. «Son absence est un manque, admet Mata. Mais on a déjà montré en championnat qu’on avait un groupe large et avec beaucoup de qualités.»

Mata avant Bruges – PSG: «Pourquoi changer notre ligne de conduite?»
Philippe Clement. BELGA

«Paris a plus de qualités, mais sur un match…»

De son côté, l’entraîneur Philippe Clement s’attend à un match intense et difficile, mais refuse de jouer contre-nature.

«Ce n’est pas tout à fait la même approche dans les détails, mais la philosophie de jeu est toujours la même, analyse Clement, qui pourrait relancer Balanta pour combler la suspension de Vormer. C’est très important, quand tu as un style de jeu, qu’il soit clair pour tous les joueurs. Je crois beaucoup dans les qualités de mes joueurs, et eux y croient aussi. On peut faire mal à tout le monde. C’est clair que Paris a plus de qualités que nous mais, sur un match, on peut faire des choses spéciales. Normalement, tu es content quand tu fais déjà un miracle par saison (NDLR: allusion au 2-2 au Real), mais nous voulons toujours plus…»