ANDERLECHT

Une scène de crime? Non, un dépôt clandestin à Anderlecht

Une scène de crime? Non, un dépôt clandestin à Anderlecht

Anderlecht va identifier certains dépôts clandestins de rubalise pour décourager les contrevenants. Commune d’Anderlecht

Des rubalises vont désormais quadriller certains dépôts clandestins à Anderlecht. Objectif: identifier les «hotspots» et coincer les auteurs via enquêtes de voisinage.

Anderlecht a mis le focus depuis quelques mois sur les dépôts clandestins. Après avoir dopé le nombre de caméras, agrandi son équipe de ramassage et étendu ses horaires au week-end, la commune annonce une nouvelle mesure pour lutter contre ce fléau.

L’idée est d’entourer les dépôts clandestins d’envergure par des rubalises, comme sur les scènes de crime. Une enquête de quartier sera alors lancée pour identifier l’auteur: «contacts avec les voisins via du porte à porte, petit questionnaire, avis de passage... L’objectif est également de sensibiliser les riverains en rappelant qu’il est interdit de déposer ses encombrants en rue, en rappelant la sanction et en expliquant les manières adéquates de se débarrasser de ses encombrants», explique Anderlecht. «Tous les renseignements seront rassemblés dans un registre. Le dépôt sera quant à lui enlevé dans les deux jours».

«Les Anderlechtois se plaignent des dépôts clandestins et nous font part de leur sentiment que la commune n’agit pas. Par ces enquêtes de quartier, marquées de manières visibles, nous souhaitons leur montrer que ce n’est pas le cas et travailler avec les habitants du quartier à l’identification des auteurs», indique l’Échevin de la Propreté Allan Neuzy (Écolo).

Depuis janviers 2019, 1.044 PV ont été dressés par les équipes de terrain à Anderlecht pour des incivilités dont 456 pour des dépôts clandestins. La commune rappelle que le contrevenant s’expose à une amende de 300 euros/m³ et de 500 euros/m³ en cas de déchets de construction. Si un auteur est identifié à l’issue de l’enquête de voisinage, il s’expose donc à des amendes de ces montants. Sinon, des caméras pourraient être placées ultérieurement pour tenter de le coincer.

«Ce projet a été lancé en septembre pour une première phase test. L’objectif n’est pas de baliser l’ensemble des dépôts clandestins situés à Anderlecht, mais de pointer les “hotspots” régulièrement victimes de ce type de dépôts», précise pour conclure Alain Kestemont, Échevin de la Prévention (DéFi).