Voilà 25 ans qu’elles se retrouvent tous les lundis pour coudre, broder et assembler des morceaux de tissu de différentes tailles, de différentes couleurs.

Elles font partie de l’Atelier patchwork des Arondes de Jalhay et sont expertes dans l’art de réaliser des mosaïques d’étoffes. Si elles adorent coudre, ses membres (une cinquantaine) aiment aussi papoter. «On aime y retrouver des amies, on se parle de nos petits problèmes et de notre quotidien, nos projets… ça caquette parfois tellement qu’on a l’impression d’être dans un poulailler», plaisante une des membres des Arondes.

Pour son 25e anniversaire, l’atelier des Arondes expose à la salle de la Grange et à la Maison Bronfort à Sart. On y découvre des trésors de patience et de minutie. Quelques mois à plusieurs années ont été nécessaires pour réaliser certains patchworks. «Parfois, on laisse un travail un temps de côté et on y revient après histoire de ne pas se lasser.»

Les tissus sont assemblés et appliqués par différentes techniques (le patchwork proprement dit). Ce patchwork peut former ensuite un kilt s’il est réuni avec un molleton et un autre tissu à l’arrière par des coutures. Les techniques varient. Les styles aussi. Certaines s’inspirent de tableaux ou de photos pour former des patchworks, d’autres utilisent des motifs traditionnels, modernes… À ces différentes techniques s’ajoute le choix des tissus. Du coup, les possibilités sont infinies. L’imagination est la seule limite.

Si le patchwork est un art ancien, les Sartoises n’hésitent pas à utiliser la machine à coudre en plus de l’aiguille à la main. Certaines relèvent même des challenges sur internet. Comme «le 365» qui consiste à réaliser chaque jour un morceau de patchwork de quelques centimètres carré avant de les rassembler en grand couvre-lit.