BELGIQUE

Nethys: le contrat de Stéphane Moreau rompu sans indemnités; perquisitions au siège d’Enodia/Nethys

Nethys: le contrat de Stéphane Moreau rompu sans indemnités; perquisitions au siège d’Enodia/Nethys

Stéphane Moreau a vu son contrat rompu sans indemnités par le conseil d’administration de Nethys. Reporters/QUINET

Le CA de Nethys a rompu le contrat de Stéphane Moreau avec effet immédiat et sans indemnités. Plus tôt dans la journée, des perquisitions ont été menées au siège d’Enodia/Nethys. Les domiciles de Stéphane Moreau et de François Fornieri ont également été visés.

MISE À JOUR 14h30 – Nethys: le contrat de Moreau rompu sans indemnités

Le conseil d’administration de Nethys a décidé de rompre avec effet immédiat et sans indemnité les contrats de Bénédicte Bayer, Stéphane Moreau et Pol Heyse, a-t-il fait savoir ce vendredi par voie de communiqué.

La séance de jeudi du CA a également permis d’entériner les désignations de Laurent Levaux à la présidence du conseil d’administration et de Bernard Thiry à la vice-présidence.

Renaud Witmeur assurera la direction ad interim de la société, ce qui confirme une information parue dans la presse cette semaine.

Le CA a également mandaté un bureau de sélection spécialisé afin de renforcer ses effectifs.

Le comité de direction de Nethys était pointé du doigt depuis plus d’un mois pour ses opérations menées dans le cadre de la vente des filiales Voo, Elicio et Win. La semaine dernière, c’est Muriel Targnion qui démissionnait de la présidence d’Enodia. Proche de Stéphane Moreau, elle a défendu jusqu’au bout les décisions du management de Nethys, estimant notamment qu’aucune faute grave n’a été commise dans le cadre de la vente des trois filiales de l’entreprise.

21 perquisitions au total

Le parquet général a mené 21 perquisitions vendredi dans le dossier Nethys, a confirmé le procureur général de Liège Christian De Valkeneer, à plusieurs médias. Le siège de la société rue Louvrex à Liège fait partie des 21 lieux visités, ainsi que les domiciles de Stéphane Moreau et de l’homme d’affaires liégeois François Fornieri.

Ces perquisitions, menées par l’OCRC, l’Office central pour la répression de la corruption, font suite à la dénonciation pénale du ministre de tutelle Pierre-Yves Dermagne (PS) dans le dossier de la vente des actifs de Nethys. On parle de faits allégués d’abus de confiance, de prise illégale d’intérêt et d’association de malfaiteurs.

Plus tôt dans la journée, on apprenait que des perquisitions ont eu lieu ce vendredi au siège de l’intercommunale liégeoise Enodia/Nethys, rue Louvrex, selon plusieurs médias. Et que d’autres perquisitions ont été menées en parallèle aux domiciles de Stéphane Moreau et de l’homme d’affaires liégeois François Fornieri.

L’Office central pour la répression de la corruption était également sur place, selon le Soir.

Ces perquisitions font suite à la dénonciation pénale du ministre de tutelle Pierre-Yves Dermagne (PS) dans le dossier de la vente des actifs de Nethys. «On parle de faits allégués d’abus de confiance, de prise illégale d’intérêt et d’association de malfaiteurs».

Dermagne se réjouit

Le ministre wallon des Pouvoirs locaux s’est réjoui de cette décision «qui va dans le sens des recommandations de la commission (parlementaire d’enquête, NDLR) Publifin et des actes posés par le gouvernement depuis trois semaines».