La croissance chinoise ralentit à +6% au troisième trimestre

(Belga) L'économie chinoise a crû de 6% au cours du 3e trimestre, soit le taux de croissance le plus bas en près de 30 ans, a annoncé le gouvernement.

La demande domestique a tendance à s'essouffler et les tensions commerciales entre les Etats-Unis et l'empire du Milieu font beaucoup de tort à l'économie chinoise. Sur les neuf premiers mois de l'année, l'économie a progressé de 6,2%, équivalant à la fourchette de croissance fixée par le gouvernement pour l'année (entre 6 et 6,5%), mais marquant un ralentissement par rapport aux années précédentes. "Le ralentissement de la croissance économique n'est pas surprenant", a expliqué Liu Shengjun, vice-président de l'institut de finance internationale de Shanghai (CEIBS). "D'un côté, les Etats-Unis ont augmenté les tarifs douaniers contre la Chine. Ces tarifs affectent les exportations, mais causent aussi de l'incertitude et minent l'enthousiasme des investissements." De l'autre côté, Pékin a pris des mesures pour tempérer le marché immobilier, qui contribue dès lors moins au produit intérieur brut, dit le spécialiste. Malgré une croissance moindre, le gouvernement ne devrait pas avoir recours aux stimuli employés pour éviter la récession pendant la crise économique mondiale. A la place, Pékin vise à améliorer le climat d'investissement pour les entreprises à travers des réductions de taxes, en supprimant certains obstacles administratifs et en améliorant l'accès au crédit, estime Max Zenglein, économiste à l'institut d'études chinoises Mercatur à Berlin. "Avec une croissance de 6%, le gouvernement peut vivre très bien, car il rencontre ses objectifs pour 2019." "Un ralentissement plus grave est cependant une préoccupation majeure pour Pékin, surtout à l'aube du centenaire du parti communiste en 2021. Les dirigeants veulent pour cela éviter à tout prix un déclin de la croissance économique", a poursuivi l'économiste. (Belga)