Et si Boris Johnson était sauvé par les 21 députés rebelles qu’il a exclus sans ménagement des rangs conservateurs en septembre pour avoir voté avec l’opposition afin d’éviter un «No-deal» aux conséquences économiques désastreuses?