BELGIQUE

PHOTOS | Une quarantaine d’hélicoptères US débarquent à Zeebrugge, direction l’Europe de l’est

L’armée américaine a choisi pour la quatrième fois le port de Zeebrugge pour faire transiter une flotte d’hélicoptères destinés à renforcer le flanc oriental de l’OTAN et dissuader la Russie de toute velléité d’attaquer un pays allié, a-t-on appris mardi de sources militaires.

Un navire roulier, l’ARC Endurance de l’entreprise American Roll-on Roll-off Carrier et fréquemment utilisé par l’US Army pour le transport de matériel a débarqué une quarantaine d’hélicoptères appartenant à une brigade d’aviation, la «3rd Combat Aviation Brigade (CAB), 3rd Infantry Division» basée à Fort Stewart, en Géorgie, dans le sud-est des États-Unis.

Leur déploiement et celui de centaines de militaires sur le Vieux Continent s’inscrit dans le cadre de l’opération américaine «Atlantic Resolve» (AOR), qui vise à renforcer, par rotations de neuf mois assurant une continuité, la présence militaire des États-Unis en Europe de l’est, face à une Russie considérée comme plus agressive.

Ces appareils – des UH-60 et HH-60 Blackhawk de transport, une dizaine d’hélicoptères de combat AH-64 Apache et quelques hélicoptères lourds CH-47 Chinook aux différents tons de vert – ont pris possession d’un quai du port, ont constaté des journalistes. Ils étaient tractés à l’extérieur de l’ARC Endurance, sans rotors. Des mécaniciens s’attelaient à les remettre en état de vol avant leur envol pour l’Europe de l’est, après le rassemblement prévu à partir de jeudi après-midi sur la base aérienne de Chièvres, entre Ath et Mons.

Une partie du port de Zeebrugge a été déclarée «zone militaire temporaire» dans le cadre du support de la nation hôte (HNS) accordé par la Belgique à son allié américain, a expliqué à l’agence Belga le commandant de la province de Flandre occidentale, le capitaine de frégate Philippe De Cock. Ses services coordonnent le soutien accordé par plusieurs ministères et instances officielles à l’US Army, comme la garde de ce secteur du port, assurée par des militaires belges.

Selon le commandant De Cock, c’est la quatrième fois que l’US Army recourt aux services du port de Zeebrugge depuis le lancement d’«Atlantic Resolve» en 2016, deux ans après l’annexion de la péninsule ukrainienne de Crimée par Moscou: à trois reprises à l’occasion d’un déploiement et une fois pour un retour vers les États-Unis.

C’est la première fois que la 3 CAB se déploie en Europe, a pour sa part indiqué le colonel Nathan Whitman, un pilote d’Apache.

Cette unité, qui compte au total 1.700 personnes, prend la relève de la «1st Air Cavalry Brigade, 1st Cavalry Division» de Fort Hood au Texas (sud des États-Unis), présente en Europe.

L’opération «Atlantic Resolve», purement américaine, avait été lancée en 2016 par le président démocrate Barack Obama, avant d’être confirmée par son successeur, le républicain Donald Trump, en dépit de ses réticences initiales à s’engager en faveur de l’article 5 du traité de l’OTAN qui porte sur la défense collective entre alliés.

Elle vise, selon Washington, à dissuader une éventuelle agression russe et à rassurer les membres est-européens de l’OTAN, dont les pays baltes (Estonie, Lettonie et Lituanie) et la Pologne, mais aussi la Roumanie et la Bulgarie.

Le navire Endurance doit d’ailleurs poursuivre sa route en direction de la Grèce, où il devrait décharger la semaine prochaine, dans le port de Volos, la quarantaine d’hélicoptères qui se trouvent encore à son bord.