BELGIQUE

Les loueurs de cuistax à la Côte sont moins nombreux qu’il y a 20 ans

Les loueurs de cuistax à la Côte sont moins nombreux qu’il y a 20 ans

Image d’illustration. BELGA

Les principaux soucis rencontrés par les propriétaires de cuistax sont le vol et le vandalisme.

Rouler en cuistax le long du littoral reste un loisir qui plaît. Mais le nombre de magasins où louer ces engins typiques de la côte belge a diminué ces 20 dernières années, ressort-il d’une étude de la revue économique «West-Vlaanderen Werkt» présentée mardi à Ostende en collaboration avec la haute école Howest. C’est la première fois en 70 ans que le secteur des cuistax est cartographié.

En 20 ans, le nombre de propriétaires de cuistax est passé de 70 à 50. Ce chiffre est resté stable ces cinq dernières années. «La bonne nouvelle, c’est qu’il y a une jeune génération qui investit de plus en plus dans ce secteur. Nous espérons qu’ainsi celui-ci restera florissant», commente le rédacteur en chef de «West-Vlaanderen Werkt», Jan Bart Van In.

500 jobs pour les étudiants

L’étude montre aussi que les cuistax de la Côte représentent environ 500 jobs pour les étudiants. La plupart des loueurs sont localisés à Ostende et Knokke-Heist. La majorité a également des activités annexes comme la location de vélos ou la vente d’articles de plage. Six exploitants sur 10 sont des sociétés à personne unique.

En 2012, les loueurs de cuistax ont réalisé une marge brute de 1,3 million d’euros, d’après l’analyse des comptes de 40% d’entre eux. En 2017, ce chiffre a grimpé à près de 2 millions d’euros, ce qui s’explique par une hausse des prix et le succès des trottinettes et vélos électriques, d’après le secteur. De plus, la période de location s’allonge car le littoral se profile de plus en plus comme une destination touristique quatre saisons.

Les cuistax électriques bottés en touche?

Les cuistax électriques, eux, ne convainquent guère car ils sont plus chers, demandent plus d’entretien tandis que les touristes continuent à préférer les cuistax traditionnels.

Les principaux soucis rencontrés par les propriétaires de cuistax sont le vol et le vandalisme. En 2017, 300 véhicules ont été dérobés, un chiffre toutefois en baisse ces dernières années.

La côte belge est la seule en Europe où les cuistax sont admis sur la voie publique. Ils font partie de l’image de marque du littoral.