FRANCE

VIDÉO | Veaux maltraités, euthanasiés ou élevés dans la saleté: les images chocs de L214

Après les images insoutenables d’un charnier de porcs ou d’un élevage de cailles, l’association de protection animale L214 récidive en se penchant sur le calvaire des veaux laitiers.

AVANT DE LIRE

Certaines images diffusées dans cette vidéo sont assez difficiles à regarder. Si vous ne souhaitez pas les voir, nous vous conseillons de ne pas lancer la vidéo ci-dessous.

Devenu lanceur d’alerte, un ancien acheteur de veaux a contacté L214 pour les alerter sur le triste sort réservé aux veaux laitiers. Considérés comme des sous-produits de l’industrie du lait, on les a fait naître pour stimuler la lactation des vaches. «Ici, la douceur et le bien-être animal sont restés à la porte», dénonce le lanceur d’alerte dans une vidéo publiée lundi.

Séparés de leur mère, certains veaux sont tués quelques jours après leur naissance. «Le vétérinaire passe en fin de semaine pour les piquer. Ce sont des veaux viables mais, soit ils ont une maladie, soit ils sont trop maigres. Cela coûterait trop cher de les engraisser. Certaines semaines, il arrivait qu’on en tue une quinzaine.»

Certaines semaines, il arrivait qu’on en tue une quinzaine

Et lorsqu’ils ne finissent pas euthanasiés, ils sont élevés dans des conditions déplorables et ne connaissent que béton et saleté durant leur courte vie. «Ces veaux sont parqués dans des fermes intensives, d’abord dans des cages, seuls pendant plusieurs semaines, puis entassés dans des parcs au-dessus de leurs excréments.»

Ces images ont été tournées entre juillet et octobre 2019 dans des élevages bretons, partenaires de Ouest Élevage, filiale de la laiterie Laïta, dont les marques phares sont Paysan Breton et mamie Nova. «Je sais que ces images sont dures mais il faut les regarder entièrement. Merci de les partager pour sortir de cette Omerta qui règne dans l’industrie de la viande.»

Pointé du doigt, Ouest Élevage va renforcer les contrôles

Dans un communiqué relayé par France Bleu, Ouest Élevage reconnaît ce midi dans un communiqué «des gestes inacceptables» envers certains animaux. «Nous condamnons fermement les coups portés aux veaux et nous pouvons vous assurer que ces gestes vont à l’encontre des consignes données», indique le groupe. Des investigations sont menées sur place et un renforcement des contrôles sur ses différents sites est prévu.

Ouest Élevage se défend toutefois de certaines accusations concernant l’euthanasie et les cadavres de veaux. Par ailleurs, le groupe dénonce les «intrusions illégales» des militants de l’association L214 sur leurs différents sites.