CYCLISME

VIDÉOS | Cols inédits, chrono montagneux, étape d’île en île: découvrez le tracé du Tour de France 2020

VIDÉOS | Cols inédits, chrono montagneux, étape d’île en île: découvrez le tracé du Tour de France 2020

Photo News

Le parcours de la 107e édition du Tour de France a été dévoilé ce mardi au Palais des Congrès à Paris. Un tracé concentré dans la partie sud de la France avec beaucoup de montagne et quelques surprises.

Après avoir fait la fête à Eddy Merckx en 2019, la 107e édition de la Grande Boucle fera la part belle aux cinq massifs montagneux de l’Hexagone.

Entre un Grand Départ à Nice et l’arrivée traditionnelle au sprint sur les Champs-Élysées, de nombreuses étapes montagneuses jalonneront le parcours d’un Tour 2020, long de 3470 kilomètres et très concentré dans les régions du sud de la France, au grand dam des fans de vélo du nord.

Le tracé, qui s’annonce musclé, nerveux et dynamique, est sensiblement aussi montagneux que celui de l’été dernier. Avec moins de passages en très haute altitude mais davantage de moyenne montagne.

Outre les quatre arrivées au sommet, le directeur du Tour Christian Prudhomme a recensé quatre ascensions inédites, notamment la Hourcère dans la seconde étape pyrénéenne et la Loze, qui a tout pour devenir à terme un grand classique. «Le Tour continue de se renouveler», s’est réjoui Christian Prudhomme en conclusion de sa présentation.

Autre particularité, le seul et unique contre-la-montre sera effectué en montagne, sur la Planche des Belles Filles, où le Belge Dylan Teuns avait notamment remporté une étape lors de la défunte édition. Ce chrono constituera l’ultime juge de paix de l’édition 2020.

1.27 juin: Nice Moyen Pays - Nice (156 km)

Le Grand Départ du Tour a lieu pour la deuxième fois à Nice. Une mise en jambes sous forme de boucles, où premier maillot jaune ne devrait pas échapper à un sprinteur.

2.28 juin: Nice Haut Pays - Nice (187 km)

Après une première étape pour sprinteurs, on rentre rapidement dans le vif du sujet avec une première étape montagneuse au dénivelé de 4000m. Les coureurs auront droit à deux cols à plus de 1500 mètres dès le deuxième jour de course, une première!

L’arrivée se fera ensuite sur la Promenade des Anglais, à Nice.

3.29 juin: Nice - Sisteron (198 km)

Une longue étape qui devrait sourire aux sprinteurs.

4.30 juin: Sisteron - Orcières-Merlette (157 km)

Une première arrivée en altitude pour tester les jambes des grimpeurs et un retour sur les terres d’un des plus grands exploits de Luis Ocaña lors du Tour de France 1971, qui avait repoussé Merckx à plus de 8 minutes.

5.1er juillet: Gap - Privas (183 km)

Les sprinteurs devraient être à nouveau à la fête, bien que cette étape puisse également convenir aux baroudeurs.

6.2 juillet: Le Teil - Mont Aigoual (191 km)

L’enjeu sera d’éviter les pièges sur cette étape qui ne fait quasiment que grimper vers un sommet inédit: l’observatoire du Mont Aigoual et ses 1565 mètres d’altitude en plein cœur de la Lozère.

7.3 juillet: Millau - Lavaur (168 km)

Comme en 2011, où Cavendish s’était imposé, les sprinteurs seront lâchés à l’issue d’une infernale première semaine.

8.4 juillet: Cazères-sur-Garonne - Loudenvielle (140 km)

Les coureurs auront droit à un enchaînement classique des Pyrénées.

9.5 juillet: Pau - Laruns (154 km)

Fin de la première semaine et veille de journée de repos, autant dire que l’engagement devrait être total pour le second acte pyrénéen, «le plus dur» de l’avis des organisateurs. En 2018, c’est Primoz Roglic qui s’était imposé à Laruns. Principale nouveauté: le col de la Hourcère et ses 11 kilomètres à près de 9%.

Cette 9e étape sera l’occasion d’honorer la mémoire de Felice Gimondi, décédé cette année et ex-vainqueur à Pau.

6 juillet: 1ère journée de repos en Charente-Maritime

10.7 juillet: Ile d’Oléron - Ile de Ré (170 km)

Pour la 10e étape, le peloton se donne rendez-vous au Pays de Fort Boyard et s’élancera de l’île d’Oléron pour rejoindre l’île de Ré. Une étape d’île en île, c’est du jamais vu sur le Tour.

Face à l’océan, le risque de bordures sera réel et devrait donner des idées aux équipes belges. «Il faudra évidemment compter avec le vent ce jour-là», souligne le directeur du Tour. Dans cette hypothèse, c’est pour les grimpeurs l’étape de tous les dangers.

11.8 juillet: Châtellaillon-Plage - Poitiers (167 km)

Cette étape sera totalement plate et l’arrivée se fera sur une longue ligne droite d’1,5 km promise aux sprinteurs. Un programme alléchant pour les prétendants au maillot vert.

12.9 juillet: Chauvigny - Sarran Corrèze (218 km)

La plus longue étape de la 107 édition de la Grande Boucle devrait sourire aux attaquants. «L’an prochain, la plus longue étape fera 218 kilomètres: jamais la plus longue étape n’aura été aussi... courte», a déclaré Christian Prudhomme.

Le Tour fera étape à Sarran en Corrèze, devant le musée du président Jacques Chirac, mort le mois dernier.

13.10 juillet: Châtel-Guyon - Puy Mary Cantal (191 km)

Les favoris pour le classement général ne pourront pas se cacher sur ce parcours très valloné.

14.11 juillet: Clermont-Ferrand - Lyon (197 km)

Un menu dense avec les Monts du Forez suivi de trois côtes dans les 15 derniers kilomètres. Bref, un final à la Milan San Remo, qui se disputera entre puncheurs et sprinteurs.

15.12 juillet: Lyon - Grand Colombier (175 km)

L’arrivée de cette étape se jouera au col du Grand Colombier, la montagne-totem du Jura où sera jugée pour la première fois une arrivée à l’entrée de la dernière semaine.

Les spectateurs y auront droit à une grosse bagarre entre les favoris à la veille de la deuxième journée de repos.

13 juillet: 2e journée de repos avant la dernière semaine

16.14 juillet: La Tour-du-Pin - Villard-de-Lans (164 km)

La Chartreuse et le Vercors comme terrain de jeux des attaquants dans cette première étape du triptyque alpin.

17.15 juillet: Grenoble - Méribel col de la Loze, 168 km

L’étape reine de cetet édition 2020 avec deux géants à gravir, dont le nouveau col de la Loze sommet de cette édition à 2304 mètres d’altitude sur les hauteurs de Méribel, en Savoie.

«Le prototype du col du XXIe siècle», affirme le directeur de la Grande boucle Christian Prudhomme, qui a été emballé par cette nouvelle route, en réalité une piste de 7 kilomètres à destination unique des vélos, récemment bitumée au-dessus de la station savoyarde de Méribel.

«C’est une succession de ruptures de pente, toutes plus brutales les unes que les autres», explique le directeur du Tour. Pour les purs grimpeurs, c’est tout bénéfice.

18.16 juillet: Méribel - La Roche-sur-Foron (168 km)

Plus de 4000 mètres d’ascension et le Plateau des Glières, déjà emprunté en 2018, pour en finir.

19.17 juillet: Bourg-en-Bresse - Champagnole (160 km)

Les sprinteurs qui auront résisté aux Alpes pourront viser la victoire. De même, cette étape pourrait également sourire aux baroudeurs.

20.18 juillet: Lure - La Planche des Belles Filles (chrono de 36 km)

Les rouleurs/grimpeurs, qui ont souvent confisqué le classement ces dernières années (quatre victoires pour Froome, une pour Thomas), auront une occasion de reprendre du terrain.

À la veille de l’arrivée traditionnelle à Paris, ils disposent d’un contre-la-montre de 36 kilomètres. Un chrono en trois parties, une première partie plate, une seconde partie en pente avant une rude montée de La Planche des Belles Filles, comptant pour le classement du meilleur grimpeur.

21.19 juillet: Mantes-la-Jolie - Paris Champs-Élysées (122 km)

Comme chaque année, le Tour se clôturera en apothéose sur les Champs-Élysées pour un dernier sprint de costauds avant la célébration.