FOOTBALL

Le salut militaire de jeunes footballeurs d’un club belge pose question: une enquête ouverte

Le salut militaire de jeunes footballeurs d’un club belge pose question: une enquête ouverte

© Facebook - Turkse FC Beringen

En marge de l’offensive turque en Syrie, la branche flamande de l’Union belge a ouvert une enquête sur le salut militaire de jeunes footballeurs du Turkse FC.

La sélection nationale turque fait des émules. Voetbal Vlaanderen, la branche flamande de la Fédération belge de football, a ouvert une enquête sur certaines photos et vidéos du club FC Turkse de Beringen, rapporte Het Belang Van Limburg. On peut y voir des enfants, la main droite tendue posée sur le front effectuant le salut militaire dans les vestiaires et sur le terrain.

Une image qui n’est pas sans rappeler le salut militaire des joueurs de la Turquie lors de leurs matchs de qualification pour l’Euro 2020, en soutien aux soldats engagés dans l’offensive turque en Syrie contre des forces kurdes, offensive qui a déclenché un tollé sur le plan international.

Des enfants de moins de dix ans rendent par exemple hommage aux soldats et leur dédient leur victoire footballistique. «Alors que nous sommes dans le froid et sous la pluie, nous souhaitons sacrifier notre âme pour l’existence de la nation turque. Et ce n’est pas une blague», stipule un commentaire.

De telles photos sont partagées chaque année. Que ce soit désormais sensible? Le club n’y a pas prêté attention.

Ce geste n’a rien à voir avec la politique, selon le Turkse FC, représenté par Basir Hamarat, président de l’organisation Union of International Democrats, proche du parti d’Erdogan, l’AKP. «De telles photos sont partagées chaque année en hommage aux martyrs et à leur famille», justifie ce dernier. «Même s’il n’y avait pas de conflit entre la Turquie et la Syrie, et même si un joueur de l’équipe nationale (turque, NDLR) n’avait pas fait ce geste, le club aurait pris et partagé cette photo. Que ce soit désormais sensible? Le club n’y a pas prêté attention», poursuit-il.

Le maire de Beringen Thomas Vints (CD & V) a demandé à rencontrer les responsables du club: «Le football doit être un jeu pour les enfants et non une forme de politique», a-t-il déclaré.