MOUSCRON

PHOTOS | Boudins classique, mojito et pomme-calvados-spéculoos gagnent

Les trois jurys de ce dimanche ont émis des avis divergents, permettant ainsi de remettre trois prix pour des préparations bouchères totalement opposées.

PHOTOS | Boudins classique, mojito et pomme-calvados-spéculoos gagnent
Les Bouchers Doubles, avec son boudin au mojito, gagne le prix remis entre bouchers. EdA
Pour la seconde année consécutive, un concours mettant gentiment en concurrence un classique de la boucherie a été mis sur le gril, ce dimanche. Cette fois, neuf bouchers de la région ont proposé leur boudin blanc, leur propre recette ou une préparation spécifiquement pensée pour le concours.

Le prix des bouchers, des professionnels de la bouche et du public

Pas moins de 820 personnes ont afflué chez le cuisiniste Boncquet afin de passer d’une cuisine d’exposition à une autre pour goûter des rondelles blanches. C’est le boudin incluant pommes caramélisées calvados spéculoos de Stéphane et Agathe (rue des Frontaliers, à Herseaux) qui a remporté le plus de votes. «C’est quelque chose de nouveau préparé spécifiquement pour le concours. Ce prix du public est un message clair: il nous impose de le proposer!», sourit le couple d’indépendants.

«C’est celui qui se rapproche de plus de ce qu’on attend d’un vrai boudin»

Le prix des professionnels de la boucherie et de la restauration est revenu à la boucherie Debuf de la place de Luingne avec un boudin très classique mais très maîtrisé. «Sa texture est parfaite. Il y a une recherche d’authenticité. C’est celui qui se rapproche de plus de ce qu’on attend d’un vrai boudin», disent les jurés à l’avis unanime.

Nouveau prix visant à réparer une frustration de l’édition 2018: les bouchers ont pris le temps de goûter les boudins de leurs confrères. C’est la très culottée recette au mojito qui a fait mouche. On le doit à l’imagination des Bouchers Doubles (chaussée de Lille)

Rendez-vous est déjà pris en 2020 pour mettre un nouveau produit et valoriser par la même occasion le commerce de proximité et roder le blason d’une profession souvent mise à mal.

Réaction des gagnants à lire dans L’Avenir mardi 15 octobre, sur tablette, smartphone ou PC