Duel à la présidence de la fédération PS

Duel à la présidence de la fédération PS

D’un côté, le président sortant Marc Foccroulle. De l’autre, celui qui veut du renouveau, Éric Hautphenne. Heymans

L’élection pour la tête de la fédération socialiste Huy-Waremme voit deux candidats s’affronter. Ça chauffe en interne…

Comme c’est le cas au fédéral (avec Paul Magnette comme unique candidat), la fédération Huy-Waremme du PS renouvelle aussi sa présidence. Les élections sont prévues au sein des différentes USC (unions socialistes communales) les 18, 19 et 20 octobre. 2 200 invitations ont été envoyées aux membres en ordre de cotisation; ceux qui ne peuvent se déplacer pourront voter par courrier. Avec une proclamation des résultats le mercredi ou le jeudi.

Si au niveau fédéral il n’y a pas de suspens, on ne peut pas en écrire autant pour l’arrondissement de Huy-Waremme. En effet, le président actuel, le Braivois Marc Foccroulle, doit faire face à un autre candidat: le Héronnais Éric Hautphenne. Et en interne, l’annonce de ce duel fait beaucoup de bruit et crée quelques tensions (lire ci-dessous). «Mais je ne me présente pas contre Marc, prévient le bourgmestre de Héron. C’est quelqu’un que j’apprécie, même si on n’a pas nécessairement la même vision.»

Je trouve qu’il est grand temps de modifier le mode de fonctionnement du PS.

Quelle est dès lors la motivation du candidat mosan? «Je trouve qu’il est grand temps de modifier le mode de fonctionnement du PS. Avec l’arrivée de Paul Magnette à la tête du parti, c’est le moment. On sort d’un centralisme accru et là, on doit aller vers davantage de débats au sein de nos différentes instances. Il faut renouer avec la base en consultant davantage les jeunes, les pensionnés… Il ne faut pas avoir peur du débat.» Une remise en question que le Héronnais estime salutaire dans la mesure où, depuis les dernières élections, le PS est en chute sur Huy-Waremme.

Et que pense Marc Foccroulle de ce duel, lui qui a repris la présidence de la fédération lorsque Serge Manzato en a démissionné il y a deux ans? «À l’époque, j’ai assuré la continuité, cela a été compliqué avec “les affaires” et le pilotage de cinq élections différentes sur ce laps de temps.» L’homme l’avoue: ce mandat demande beaucoup de temps. «Et moi, je ne suis pas bourgmestre ou échevin», il ne doit dès lors pas cumuler… comme serait obligé de le faire Éric Hautphenne, bourgmestre de Héron? «Moi, c’est la motivation de ma candidature; si j’avais été bourgmestre de Braives, je n’aurais pas postulé», réplique Marc Foccroulle. Si Hautphenne s’est porté candidat, «c’est qu’il a bien calculé son temps. Moi je suis disponible comme je l’ai été ces deux dernières années.» Voilà qui est dit.

La fédération est en ordre de marche maintenant, le PS se porte bien.

N’empêche, le Braivois affirme que «c’est sain en démocratie de ne pas avoir qu’un seul candidat». La présence d’Éric Hautphenne «amène le débat démocratique». Et non, «ce n’est pas une source quelconque de zizanie, je ne le souhaite d’ailleurs pas. La fédération est en ordre de marche maintenant, le PS se porte bien. Nous sommes, des trois fédérations de la province, celle qui a le moins reculé.» Il est important désormais «d’essayer de défendre au mieux la sécurité d’existence des personnes».