MONDE

Offensive turque en Syrie: 26 civils tués, Damas envoie des troupes dans le Nord

Offensive turque en Syrie: 26 civils tués, Damas envoie des troupes dans le Nord

AFP

Au moins 26 civils ont été tués dimanche par des bombardements et des tirs des forces turques, engagés dans une offensive contre une milice kurde. L’armée syrienne va réagir en envoyant des troupes au nord du pays.

Au moins 26 civils ont été tués dimanche dans le nord syrien par des bombardements et des tirs des forces turques ou leurs supplétifs syriens, engagés dans une offensive contre une milice kurde, a rapporté une ONG dans un nouveau bilan.

Dans la localité frontalière de Ras al-Aïn, au moins dix civils ont péri dans un raid de l’aviation turque qui a touché un convoi de civils et des journalistes, d’après l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH). Un premier bilan faisait état de 14 civils tués.

L’armée syrienne va envoyer des troupes dans le Nord

L’armée syrienne va envoyer des troupes dans le nord du pays pour «affronter l’agression» de la Turquie, qui y mène depuis cinq jours une offensive contre une milice kurde, a annoncé dimanche l’agence de presse étatique Sana.

Dimanche soir, les Kurdes syriens ont confirmé avoir conclu un accord avec Damas pour le déploiement de l’armée syrienne près de la frontière turque, au cinquième jour de l’offensive d’Ankara contre les forces kurdes dans le nord-est de la Syrie.

«Afin de faire face à l’agression turque et empêcher qu’elle ne se poursuive, nous sommes parvenus à un accord avec le gouvernement syrien pour que l’armée se déploie le long de la frontière turco-syrienne dans le but de soutenir les Forces démocratiques syriennes», a annoncé dans un communiqué l’administration kurde.

Macron et Merkel appellent la Turquie à cesser son attaque en Syrie

Emmanuel Macron et Angela Merkel ont appelé ensemble dimanche soir la Turquie à cesser son opération contre les forces kurdes en Syrie, qui «risque de créer une situation humanitaire insoutenable et d’aider Daech à réémerger».

«Nous avons échangé avec le président (américain) Trump et avec le président (turc) Erdogan et nous avons passé le message clair de notre volonté commune que cette offensive cesse», a ajouté le président français, avant un dîner des deux dirigeants européens à l’Élysée.

«Notre conviction est que cette offensive prend le risque d’une part, et nous ne constatons d’ores et déjà sur le terrain, de créer des situations humanitaires insoutenables et, d’autre part d’aider Daech à réémerger dans la région», a ajouté M. Macron, qui a convoqué dimanche à 22H00 un conseil restreint de défense sur la Syrie.

«J’ai parlé une heure avec le président Erdogan, nous devons tenir compte des intérêts et de la sécurité de la Turquie. Mais nous pensons aussi qu’il faut mettre un terme à cette invasion turque, car il y a des raisons humanitaires et on ne peut pas accepter cette situation contre les Kurdes», a ajouté Angela Merkel.

«Face à cette situation, nous resterons très coordonnés, comme nous l’avons été pour signifier aux Turcs la fin de toutes nos ventes d’armes, mais également sur les initiatives à prendre dans les prochaines heures et les prochains jours», a conclu le président français. Il a aussi appelé les Européens à s’unir dans «ce moment, européen et international difficile et parfois inquiétant».