NAMUR

Namur fêtera les circuits courts le 19 octobre

Namur fêtera les circuits courts le 19 octobre

Charlotte Mouget, échevine namuroise de la Transiton écologique, explique vouloir mettre en place un Conseil agro-alimentaire afin d’apporter des solutions concrètes pour emmener Namur vers une alimentation durable pour tous. BELGA

La première «Fête des circuits courts» de Namur aura lieu le 19 octobre de 09h00 à 17h00 sur la place d’Armes, ont annoncé vendredi la Ville et la coopérative Paysans-Artisans.

Une quarantaine de producteurs locaux seront présents et de nombreuses animations seront proposées.

L’événement remplace le Marché aux anciennes variétés horticoles. Maraîchers, boulangers, brasseurs, vignerons et fromagers viendront y présenter leurs produits et leurs activités. Le dispositif comprendra également un espace dégustation, ainsi qu’un bar à bières, vins et jus locaux. De la petite restauration sera aussi disponible, avec notamment des frites, boulets et autres burgers artisanaux, sans oublier des falafels végétariens.

Qui dit fête, dit aussi animations. Les organisateurs proposeront une démonstration de pressage de jus et le public pourra presser ses propres pommes et poires. Des jeux en bois géants fabriqués par Handipar raviront les petits. Il sera aussi possible de se faire grimer en pommier ou en poireau, tandis que plusieurs prestations musicales sont prévues.

«Le système agroalimentaire actuel a de nombreux impacts négatifs sur l’environnement, la santé, la résilience de nos villes et sur l’autonomie des citoyens. Or, l’agriculture a une fonction de production alimentaire, mais aussi de formation, d’échange de savoir-faire, de création de liens sociaux et de préservation de la biodiversité», a expliqué Charlotte Mouget (Écolo), l’échevine namuroise de la Transition écologique. «Outre cet événement, nous travaillons à la mise en place d’un Conseil agro-alimentaire afin d’apporter des solutions concrètes pour emmener Namur vers une alimentation durable pour tous. Pour y arriver, la Ville a d’ores et déjà commencé à dresser un inventaire préliminaire de l’affectation actuelle des terres agricoles.»