BRUXELLES

Comme l’Ommegang ou le fritkot, la Saint-V entre au patrimoine culturel immatériel bruxellois

Comme l’Ommegang ou le fritkot, la Saint-V entre au patrimoine culturel immatériel bruxellois

Quand on y pense bien, la St-V peut s’assimiler à une procession. Surtout quand les étudiants poussent le mimétisme. ULB

Le folklore estudiantin de la St-V entre au patrimoine culturel immatériel de la Région bruxelloise. ULB et VUB s’en réjouissent, qui fêtent lors de celle-ci chaque 20 novembre leur fondateur Pierre-Théodore Verhaegen. En 2019, la St-V se focalisera sur les inégalités sociales.

Une guindaille au Patrimoine culturel immatériel de la Région de Bruxelles-Capitale? Eh oui, désormais, la fameuse St-V, ce jour de l’année où les étudiants déferlent sur le centre bruxellois depuis le Sablon, vêtus de tabliers et de pennes, est désormais inscrit à l’Inventaire. C’est ce qu’annonce l’ULB ce 9 octobre.

«Cette reconnaissance de la Saint-Verhaegen, jour lors duquel ULB et VUB célèbrent leur fondateur, Pierre-Théodore Verhaegen, ancre plus que jamais la riche tradition dans l’ADN bruxellois.», se félicitent les universités.

La Saint-Verhaegen a reçu cette reconnaissance de Bruxelles parce qu’elle contribue au «caractère multiple, indépendant et rebelle de la ville, ainsi qu’à son identité».

«Bien plus qu’un défilé de plus de 7.000 personnes»

Pour l’ULB, «cette reconnaissance démontre également que cet événement, qui a lieu chaque année le 20 novembre, est bien plus qu’un défilé de plus de 7.000 personnes. C’est avant tout une célébration de la liberté. Les participants y prônent la liberté de la recherche, de l’éducation, de la pensée et de la parole».

Si la St-V a lieu le 20 novembre, c’est pour commémorer la date à laquelle l’ULB fut fondée en 1834 par l’avocat libéral Verhaegen. Ce souvenir se double chaque année d’un hommage aux résistants universitaires des deux guerres mondiales.

En 2019, le thème de la Saint-Verhaegen sera «Minderbedeeld of minder verdeeld, citoyens invisibles et gouvernements nuisibles». On comprend que les étudiants se focaliseront sur les inégalités sociales. La question de l’invisibilisation des sans-abri ainsi que la précarité dans le milieu étudiant seront abordées.

Comme l’Ommegang ou le fritkot, la Saint-V entre au patrimoine culturel immatériel bruxellois
La St-V ne concerne pas une seule communauté mais est d’intérêt régional», comme le recommande brussels.patrimoine. ULB

Avec l’Ommegang, le Meyboom, les Géants et le fritkot

À l’Inventaire du patrimoine culturel immatériel de la Région de Bruxelles-Capitale, la Saint-V côtoie désormais d’autres événements culturels et folkloriques typiques de Bruxelles. Dans cet inventaire, on retrouve le Meyboom, l’Ommegang, la culture des Géants, la procession de Saint-Guidon, les Serments de Bruxelles ou le Théâtre de Toone. Mais s’y trouvent aussi des traditions comme la fauconnerie ou le carillon, ainsi que des arts de vivre comme la bière ou le fritkot, entrée plus récemment dans la liste, en 2017.

«Le Patrimoine culturel immatériel de la Région recouvre les pratiques (coutumes et traditions, expressions orales, pratiques sociales, connaissances et savoir-faire) présentes sur le territoire de la région de Bruxelles-Capitale ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés», rappelle patrimoine.brussels sur son site.

L’identification de ce patrimoine est assuré par la Direction du Patrimoine culturel en coopération avec les communautés patrimoniales. «Pour figurer à l’inventaire, un élément ne doit pas relever exclusivement d’une communauté mais être d’intérêt régional», insiste patrimoine.brussels.