Une centaine de producteurs, de transformateurs et d’épiciers mais aussi des acteurs associatifs, politiques, universitaires des 20 communes francophones de notre arrondissement… C’est tout cela que l’on retrouve derrière le Réseau Aliment-Terre de l’Arrondissement de Verviers (RATaV).

Son objectif? «C’est vraiment un accélérateur, un incubateur et un facilitateur pour les acteurs de circuits courts mais aussi les nouveaux porteurs de projets. On tente de soutenir au mieux tout ce qui est circuits courts et producteurs locaux», explique Renaud Keutgen, coordinateur du Réseau Aliment-Terre verviétois. On parle de circuits courts lorsqu’il y a tout au plus un intermédiaire entre le producteur et le consommateur final du produit. L’idée est de permettre à tous les Verviétois d’avoir accès à cette alimentation locale et tous les producteurs de vivre décemment du fruit de leur travail. Concrètement, un camion «Terre d’Herbage» sillonne aujourd’hui les routes de l’arrondissement. Il livre depuis février les épiceries en produits locaux de la région. Une interface internet a aussi été créée pour faciliter les commandes de ces petits magasins et le quotidien des producteurs. «Les producteurs éprouvent vraiment des difficultés dans la commercialisation, le transport et la logistique. C’est pour ça que nous avons commencé par mettre sur pied la coopérative Terre d’Herbage. Nous travaillons pour le moment à flux tendu: on récolte auprès du producteur, on livre. Nous sommes donc à recherche d’un lieu de stockage», indique Renaud Keutgen. RATaV souhaite aussi développer un groupement d’employeurs pour permettre aux producteurs et épiciers de mutualiser le personnel: «Un maraîcher ne sait peut-être pas se permettre financièrement d’employer une aide 5 jours semaine mais il peut peut-être l’engager deux jours et d’autres les jours restant».