MOBILITÉ

Drivy devient Getaround et se lance dans le carsharing à l’heure

Drivy devient Getaround et se lance dans le carsharing à l’heure

Jusqu’ici, Drivy ne proposait que des locations à la journée. Rebaptisée Getaround, la plateforme d’autopartage permet la tarification horaire. EdA - Julien RENSONNET

La plateforme d’autopartage entre particuliers Drivy change de nom: elle devient Getaround, du nom de la firme américaine qui l’a acquise. Désormais, vous pouvez y louer des voitures à l’heure.

Ne dites plus «Drivy», mais «Getaround»: la plateforme d’autopartage française change en effet de nom pour épouser la marque et les couleurs du groupe américain qui l’a reprise en avril 2019.

Ce changement de logo s’accompagne aussi de nouveautés pour les utilisateurs. La principale, c’est la tarification à l’heure puisque jusqu’ici, le service n’était disponible qu’à la journée. L’idée est évidemment de concurrencer d’autres offres de carsharing comme DriveNow, Poppy ou Cambio, mais aussi Uber. Ceci tout en conservant le principe qui faisait la spécificité de Drivy: les voitures proposées sont celles de particuliers ou de professionnels indépendants.

Cette nouvelle possibilité de louer les voitures à l’heure s’assortit d’une nouvelle app. Mais les utilisateurs habitués n’ont qu’à effectuer une mise à jour pour y accéder.

 

 

«Avant ces mises à` jour, l’application Drivy e´tait surtout connue pour proposer des locations compétitives sur plusieurs jours», commente Paulin Dementhon, PDG Europe chez Getaround. «Avec cette nouvelle application et cette nouvelle offre, Getaround s’attaque aux trajets courts et devient ainsi la solution la plus pratique et la plus abordable pour des déplacements de plusieurs heures».

Drivy était présente dans 6 pays et 60 villes d’Europe avant son rebranding. Désormais sous la coupole de Getaround, ses utilisateurs peuvent accéder à des véhicules dans plus de 300 villes aux USA et en Europe. Depuis le rachat pour 268 millions d’euros, Getaround compte cinq millions d’utilisateurs et plus de 70.000 véhicules. Le nombre de véhicules connectés en libre-service atteint désormais 6.500 en Europe et devrait dépasser les 10.000 dans l’année à venir.