BRUXELLES

Centre commercial, centre de congrès: tout est remis en question dans le projet NEO

Centre commercial, centre de congrès: tout est remis en question dans le projet NEO

Un bureau d’expertise allemand mandaté par Close a estimé qu’il fallait rénover les palais de Brussels Expo au Heysel: y implanter le centre de congrès imaginé d’abord juste à côté est une possibilité. Reporters / KETELS

La première pierre de NEO ne semble pas près d’être posée. D’une part, la Flandre refuse un permis pour le centre commercial. D’autre part, l’opportunité du centre de congrès pose question. Tout ça alors qu’il faut rénover les Palais des Expos.

L’avenir du projet de réaménagement du plateau du Heysel s’est fortement assombri au cours des derniers mois, affirme mercredi le quotidien Le Soir. Plusieurs obstacles font actuellement barrage à sa marche en avant.

Centre commercial: la Flandre refuse un permis

Centre commercial, centre de congrès: tout est remis en question dans le projet NEO
Le centre commercial le long de l’avenue Houba vient d’essuyer un refus de permis. Europea / Unibail-Rodamco/Besix/CFE

Pour le volet du centre commercial à construire le long de l’avenue Houba De Strooper, la Flandre a récemment refusé de délivrer un permis pour aménager une voirie de liaison au Ring.

Qui plus est, l’octroi du futur permis d’urbanisme pour le projet Neo 1 qui comprend ce projet de centre commercial de 72.000 m2 et prévoit la construction de plusieurs centaines de logements, d’un cinéma et d’un espace dédié aux loisirs est suspendu à l’autorisation préalable d’une modification du Plan Régional d’Affectation du Sol (PRAS).

Celle-ci a été cassée une première fois par le Conseil d’État, sur un recours de riverains. Elle a fait l’objet, dans sa nouvelle mouture, d’un nouveau recours devant la Haute instance. L’auditeur du Conseil d’État a remis un avis négatif.

Le dépôt d’une demande de permis encore en 2019 semble illusoire et les premières inaugurations en 2023, encore plus, si l’on en croit Le Soir.

Centre de congrès: et si on l’incluait dans les palais du Heysel?

Centre commercial, centre de congrès: tout est remis en question dans le projet NEO
Le centre de congrès conceptualisé par l’architecte vedette Jean Nouvel doit en principe s’implanter juste à côté des palais du Heysel. Mais ne vaut-il mieux pas l’y intégrer? Les Ateliers Jean Nouvel

Le démarrage de Neo1, et l’apport financier du consortium privé Unibail-Rodamco-Westfield à la Ville de Bruxelles (propriétaire du sol et des bâtiments) conditionne par ailleurs l’investissement de celle-ci (avec la Région) dans la réalisation du projet Neo2. Celui-ci porte sur la création d’un centre international de congrès en face des palais des expositions.

Ce projet (construction et exploitation) a été attribué au consortium Cofinimmo/CFE moyennant le paiement d’une redevance annuelle par la Ville et la Région.

Selon Le Soir, le coût de l’opération a suscité l’inquiétude de plusieurs administrateurs et proches du dossier, d’autant que les palais des expositions hébergeant de nombreux salons et foires auraient besoin d’importantes rénovations.

Un consultant allemand, mandaté à l’instigation du bourgmestre Philippe Close, président de Brussels Expo, a conclu, selon le quotidien, à la pertinence de la création d’un centre de congrès. Mais ses experts ont aussi conclu à la nécessité de lier le management des structures de congrès et d’exposition, et de rénover les palais des expositions.

D’après le Soir, Close souhaite faire expertiser, sans tabou, les deux solutions préconisées par le consultant notamment sur le plan du coût: la poursuite de Neo2 mais avec des complémentarités avec les palais 1, 2, 3 et 4 ou son abandon et la construction d’un centre de conventions sur le site de Brussels Expo à rénover dans tous les cas de figure.

Le MR veut un conseil communal extraodrinaire

Le groupe MR de la Ville de Bruxelles a demandé mercredi la tenue d’un conseil communal extraordinaire pour permettre au bourgmestre Philippe Close (PS) de présenter à l’ensemble des conseillers communaux les nouvelles études et analyses qui l’ont poussé à remettre tout le projet Neo à plat. Les libéraux demandent également au bourgmestre de connaître l’impact financier de ce changement de stratégie.

Le MR a rappelé mercredi qu’il exigeait depuis plusieurs mois qu’on puisse remettre à plat ce projet, notamment à la suite des décisions du collège de maintenir le stade national sur son site historique et leur impact sur la construction de logements de qualité, mais aussi à la suite des informations révélées par les organisateurs de Foires et Salons sur les besoins en investissements du Palais d’exposition. Ceux-ci sont incompatibles avec la construction d’un centre de convention unifonctionnel prévu dans le cadre du projet Neo2.

Le chef de groupe MR de la Ville de Bruxelles, David Weytmsan, s’est dit soulagé que l’opposition ait enfin été entendue, lundi, lors du dernier conseil communal. Les libéraux avaient alors plaidé pour la remise à plat du dossier.

«L’objectif doit permettre de réaménager l’ensemble du Plateau du Heysel, en lien avec le quartier et l’Avenue Houba de Strooper à revitaliser. Il faut aussi s’assurer de la création de grands espaces verts offrant des lieux de calme et loisir à l’ensemble du quartier. Il est nécessaire de construire des logements en nombre limité et de qualité, de type moyen et supérieur pour reconstruire un équilibre social par le retour des classes moyennes. Et enfin, nous demandons la construction d’infrastructures commerciales, de loisirs et culturelles visant le qualitatif plus que le quantitatif, en lien direct avec le Palais d’exposition, et disposant d’un plan de mobilité et de parkings adéquats», ont expliqué mercredi David Weytsman et la conseillère libérale Clémentine Barzin.

A leurs yeux, il faut également construire le projet avec les riverains et les tenir informés directement des évolutions afin qu’ils puissent se faire entendre.