Véritable institution dans la région, les Baladins du Miroir sont le fruit d’une histoire exceptionnelle et un peu folle: celle de Nele Paxinou qui, paralysée suite à un accident, monte son propre théâtre «différent» qui se veut «un théâtre pour ceux qui ne vont pas au théâtre», à la fois convivial, féerique, unique.

«L’itinérance s’est imposée à nous, explique Gaspar Leclere, le directeur général qui a repris le flambeau de Nele, aujourd’hui employée. Nous sommes partis sur les routes, nous avons maintenant 40 ans de métier derrière nous et l’itinérance ne nous fait plus peur car nous avons plusieurs fois traversé les océans.» Le concept? Déplacer le théâtre (un chapiteau) avec la troupe, partir sur les routes, et dormir dans des roulottes, dans un esprit assez circassien. «On s’arrête près de chez les gens, qui sont alors plus enclins à pousser la porte du chapiteau et à assister à nos spectacles… Le rapport avec le public, l’ambiance, sont notre priorité. Nous nous servons également de tous les arts – musique, danse, théâtre – pour nous exprimer.»Chaque mois, la troupe propose encore un spectacle «La balade du miroir», à Thorembais, tandis qu’elle réside au Domaine du Stampia à Jodoigne, au cœur de 7 hectares de nature préservée (lorsqu’elle n’est pas en déplacement). «Le Domaine du Stampia est un pôle culturel lié à l’itinérance et l’accompagnement des artistes. Il permet également aux artistes de prendre le temps de créer en dehors de toute pression de production.» À noter dans vos agendas, dès le 19 septembre, la nouvelle création des Baladins du Miroir, en collaboration avec l’infini Théâtre (Dominique Serron) «Désir, Terre & Sang» d’après Federico Garcia Lorca. Une création qui se fera à Louvain la Neuve, avant de partir à la conquête de notre plat pays.www.lesbaladinsdumiroir.be