HUY

Un médecin tihangeois inculpé pour 4 assassinats au CHRH

Un médecin tihangeois inculpé pour 4 assassinats au CHRH

Le médecin exerçait au service gériatrie du CHRH où 4 décès suspects en un week-end ont alerté la direction médicale. heymans Archives

Un médecin est inculpé pour 4 assassinats en gériatrie du CHRH qui avait alerté le parquet de ses agissements suspects en 2018.

Un médecin tihangeois a récemment été inculpé pour 4 assassinats suite à des décès suspects survenus début septembre 2018 dans le service gériatrie du Centre hospitalier régional de Huy (CHRH). Il a été libéré sous conditions avec l’obligation de demeurer à la disposition de la justice, ont révélé nos confrères de Sudpresse ce samedi.

Ce sont des collègues du service gériatrie qui avait alerté la direction médicale de l’hôpital suite à des comportements suspects du médecin qui n’avait pas respecté les procédures voulues pour les personnes en fin de vie. Et ce durant un week-end où 4 décès suspects avaient été déplorés au sein du service gériatrie.

Licencié par précaution après une enquête interne

La direction médicale avait de suite dénoncé les faits à la justice liégeoise. De son côté, après une enquête interne, le conseil d’administration du CHRH décidait de licencier le médecin le 14 septembre 2018. «On a pris la décision qui s’imposait après avoir été avertis par la direction médicale, se souvient André Deleuze, alors membre du conseil d’administration du CHRH qu’il préside aujourd’hui. Nous avions pris nos précautions indépendamment de la présomption d’innocence.»

Le parquet de Liège se refuse à tout commentaire. Le dossier est à l’instruction. La justice liégeoise suspecte le médecin d’avoir élargi le cadre de la loi sur l’euthanasie et agi, selon Sudpresse, sans l’accord des patients ou de leur famille. Le médecin nierait avoir donné la mort à ses patients en fin de vie. Dans sa version, il voulait soulager leurs souffrances. «Le personnel du service gériatrie a été très bouleversé à l’époque, se souvient Christophe Levaux, le directeur médical du CHRH. Nous avions d’ailleurs mis en place l’accompagnement psychologique requis.»

Six autres situations, dont quatre décès, à l’examen

Les enquêteurs de la PJF (police judiciaire fédérale) de Liège examinent également six autres situations, dont quatre qui auraient débouché sur un décès visiblement suspect dans le même service. Les analyses médico-légales sont attendues pour faire la lumière sur ces autres faits et déterminer s’il y a un lien à établir avec les agissements du médecin tihangeois arrivé dans le service gériatrie du CHRH en juillet 2017. «Il a toujours eu très bonne réputation. Cela a donc été la surprise totale», termine Christophe Levaux.

À lire dans L’Avenir Huy-Waremme de ce lundi, sur tablette, smartphone ou PC