BRUXELLES

Maron: «Hors de question que 350 personnes se retrouvent à la rue»

Maron: «Hors de question que 350 personnes se retrouvent à la rue»

La porte d’Ulysse doit fermer. Mais où aller? BELGA

La quête d’un nouveau lieu à même d’accueillir les migrants de «La Porte d’Ulysse» à Haren se poursuit. «Il est hors de question que les 350 personnes se retrouvent demain à la rue», a assuré le cabinet du ministre Alain Maron.

La quête d’un nouveau lieu à même d’accueillir les migrants hébergés au centre «La Porte d’Ulysse» à Haren (Ville de Bruxelles) se poursuivait. Le 30 septembre, le bâtiment qui accueille 350 migrants connaîtra une nouvelle affectation. «Il est hors de question que les 350 personnes se retrouvent demain à la rue», a assuré le cabinet du ministre bruxellois en charge des politiques sociales, Alain Maron.

Il y a, face à ce problème, une «obligation de résultat», ajoutait-on avant de préciser que des recherches étaient menées «dans toutes les directions».

L’échéance est le 30 septembre, rappelait en outre le cabinet, soit dans dix jours, alors que la Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés annonce qu’elle sera contrainte de fermer la Porte d’Ulysse à Haren dès dimanche matin car elle a besoin de temps pour déménager ses infrastructures.

Discrétion

La discrétion demeure sur les lieux susceptibles d’accueillir le nouveau centre. Il semble qu’à ce jour, ils n’aient pas encore été trouvés. Un cadre de financement se dessine en revanche. Des voix se font entendre dans le monde associatif pour que la Porte d’Ulysse soit intégrée dans le dispositif d’hébergement d’urgence pendant la période hivernale.

Divers acteurs travaillent de concert pour trouver une solution. Le gouvernement fédéral est «sollicité», indiquait-on. Interrogée jeudi en marge de la séance plénière de la Chambre, la ministre en charge de l’Asile, Maggie De Block, affirmait toutefois qu’elle n’exerçait aucune compétence dans ce domaine.