ETTERBEEK

Une grenouille entière dans son sandwich Panos: «Un goût marin, genre vraiment salé»

Une grenouille entière dans son sandwich Panos: «Un goût marin, genre vraiment salé»

Un goût salin et des reflets argentés? Ce n’était pas la salade de crabe ni les œufs durs... KimberleyAO via Twitter

«Ça pendait comme de la salade»: voilà la réaction de Kimberley quand elle a vu quelque chose «d’argenté et brillant» dans son sandwich au crabe. Panos, l’enseigne où la Bruxelloise s’est fournie, veut faire toute la lumière sur cette histoire de grenouille.

Ça aurait dû être un sandwich au crabe. Mais c’est finalement un sandwich... à la grenouille que Kimberley a dégusté ce 18 septembre. La baguette qui lui a été fournie à l’enseigne Panos d’Etterbeek, sur la chaussée de Wavre, était garnie d’un batracien entier. Baignant dans la mayo. La Bruxelloise a dû bondir.

«Je mangeais le sandwich quand j’ai goûté une saveur marine dedans, genre vraiment salé», se confie-t-elle au site web anglophone The Brussels Times. «J’ai regardé dedans et j’ai vu quelque chose d’argenté et brillant. Ça pendait comme de la salade». Kimberley a alors recraché la bouchée. Ce n’est qu’une heure plus tard, après que le dîner a été ausculté par ses collègues, que la Bruxelloise s’est rendu compte de ce qui garnissait sa baguette.

Chez Panos, on se dit «au courant» de la mésaventure de Kimberley. Forcément: celle-ci a tagué l’enseigne dans un tweet qui a bien rebondi. Bad buzz assuré, aussi salé que la grenouille!

Panos assure donc prendre l’histoire «très au sérieux». «Nous examinerons l’incident dans les moindres détails et prendrons les mesures nécessaires», nous confie un porte-parole de Panos. La procédure est même déjà enclenchée: «Toutes les parties prenantes ont été contactées: l’exploitant du magasin, le responsable qualité, les fournisseurs des produits présents dans ce sandwich. Et bien sûr la cliente».

La marque de boulangerie rapide rappelle enfin qu’elle «applique une stricte politique en matière de qualité, via des audits tant internes qu’externes, qui satisfont aux exigences de l’AFSCA». Où on ne se tape sans doute pas les cuisses de rire...