EUROPE – TÉLÉVISION

Les polices européennes démantèlent un vaste réseau de piratage de TV en ligne

Les polices européennes démantèlent un vaste réseau de piratage de TV en ligne

Xtream Codes permettait la revente illégale, via un unique abonnement et au prix de 12 euros, des contenus de plusieurs bouquets de programmes au client final. Reporters (Illustration)

Les polices d’une demi-douzaine de pays européens ont annoncé avoir démantelé un vaste réseau, qualifié de plus important au monde, de piratage de plateformes de télévision payante en ligne (IPTV).

Les forces de l’ordre d’Italie, de Bulgarie, de France, d’Allemagne, de Grèce et des Pays-Bas ont procédé à des perquisitions, coordonnées par Eurojust.

Les polices de ces pays ont arrêté au moins 23 suspects dans le cadre d’une opération contre la plateforme illégale désactivée, baptisée Xtream Codes, qui aurait causé environ 6,5 millions d’euros de pertes au marché légal.

+ A LIRE AUSSI | Le juteux business de l’IPTV, la TV pirate impunie

Celle-ci a permis la mise au jour et la désactivation «de la plateforme illégale de télévision en ligne (IPTV) la plus répandue parmi les pirates informatiques», selon la police financière italienne.

La plateforme permettait la revente illégale, via un unique abonnement et au prix de 12 euros, des contenus de plusieurs bouquets de programmes (dont ceux de Sky, DAZN, Mediaset, Netflix et Infinity) au client final.

La plateforme mise sous séquestre

Xtream Codes avait été mise au point par deux citoyens grecs, précise la police financière.

Les membres de l’organisation, dont 25 ont été identifiés, géraient leurs affaires depuis l’étranger, d’où étaient retransmis des signaux numériques à grande échelle.

+ A LIRE AUSSI | Un nouvel opérateur TV bouscule Proximus, VOO et Orange

Les enquêtes, qui visaient trois sociétés et cinq personnes physiques, ont abouti à la mise sous séquestre de l’ensemble de la plateforme ainsi que de 800 sites et 183 serveurs affectés à la reproduction et à la diffusion de flux.

Les responsables de l’organisation encourent six mois à trois ans de prison et jusqu’à 25.822 euros d’amende.