EMPLOI

Proximus: il y aurait suffisamment de candidats pour remplacer Dominique Leroy aux conditions salariales actuelles

Proximus: il y aurait suffisamment de candidats pour remplacer Dominique Leroy aux conditions salariales actuelles

Photo News

Il est possible de trouver suffisamment de candidats pour succéder à Dominique Leroy à la direction de Proximus avec le paquet salarial actuel, a expliqué mercredi le ministre des Télécommunications, Philippe De Backer, devant la commission des Entreprises publiques de la Chambre.

Le ministre Open Vld a rappelé que Proximus était une entreprise publique autonome et qu’elle n’était donc pas dirigée par le gouvernement. Il appartient au conseil d’administration de désigner le prochain CEO, a-t-il rappelé.

Le départ de Mme Leroy a suscité l’inquiétude des syndicats. Il était initialement prévu qu’elle reste à son poste jusqu’au mois de décembre afin de boucler le plan de transformation de l’entreprise qui contient un important volet social. Les syndicats ont dénoncé cet arrangement pris avec le conseil d’administration. La CEO de l’opérateur téléphonique belge s’apprête en effet à rejoindre KPN, société néerlandaise active dans le même secteur.

Les termes de la clause de non-concurrence du contrat de Mme Leroy ont été respectés, a affirmé M. De Backer. Sous la pression des syndicats, le conseil d’administration a finalement décidé que le contrat s’achèverait à la fin de cette semaine.

L’opposition a critiqué l’attitude du gouvernement et du conseil d’administration devant ce problème de concurrence.

«Dans n’importe quel autre secteur, cela poserait problème. Et je m’étonne qu’il n’y ait pas une réaction plus forte du conseil d’administration et du gouvernement», a souligné le député Gilles Vanden Burre (Écolo).