POLITIQUE

Vente de VOO: Pierre-Yves Jeholet reproche à Nethys son «opacité»

Vente de VOO: Pierre-Yves Jeholet reproche à Nethys son «opacité»

Pierre-Yves jeholet: «J’espère qu’on fera en sorte que la législation sur les conflits d’intérêts sera bien respectée.» ÉdA

Le nouveau ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles a reproché ce mardi à Nethys «l’opacité» avec laquelle elle agit parfois, tout en se disant ravi que ses principaux dirigeants aient désormais «clarifié les choses».

Invité sur Bel-RTL, le libéral s’exprimait sur les nouveaux rebondissements dans le dossier Enodia (ex-Publifin) et plus singulièrement sur l’accord conclu entre Nethys (une filiale d’Enodia) et le fonds d’investissement américain Providence à propos de la cession du télédistributeur VOO.

+ A LIRE AUSSI | « Nethys ? Un petit cercle qui continue à décider seul »

Pierre-Yves Jeholet a précisé d’emblée qu’il ne s’opposait pas sur le fond à cette vente qui s’inscrit dans la logique de valorisation des actifs. «On sait qu’il fallait valoriser les actifs et qu’il fallait les vendre en partie ou en tout au privé», a-t-il commenté.

«Ce qui me fait un peu peur par rapport à un fonds de pension, c’est justement le projet industriel qui se trouve derrière», a-t-il poursuivi.

Si on garantit l’emploi et que ça reste à Liège, «ça peut être une bonne nouvelle», a précisé Pierre-Yves Jeholet, qui reproche toutefois une certaine «opacité» à Nethys.

+ A LIRE AUSSI | « Stéphane Moreau va quitter Nethys »

«J’espère qu’on fera en sorte que la législation sur les conflits d’intérêts sera bien respectée», a-t-il ajouté, avant de saluer l’annonce du départ prochain de l’administrateur délégué de Nethys, Stéphane Moreau.