«Stéphane Moreau va quitter Nethys»

Quand les opérations de privatisation seront accomplies, Stéphane Moreau, Bénédicte Bayer, Pol Heyse et Jos Donvil ne seront plus là, selon Meyers. BELGA

«Demain, quelqu’un d’autre gérera Nethys»: une fois la privatisation de Nethys terminée, l’administrateur délégué Stéphane Moreau quittera la holding, a assuré son président Pierre Meyers.

Une fois la privatisation de Nethys terminée, l’administrateur délégué Stéphane Moreau quittera la holding, a assuré son président Pierre Meyers au Soir. Moreau travaillera pour le compte de François Fornieri, président d’Ardentia, qui veut racheter les filiales Win et Elicio.

« Nous avons bien compris qu’il y avait une pression politique injuste pour mettre fin au top management. J’ai dit aux autorités de haut niveau que c’était suicidaire de s’en séparer en pleine opération de cessions d’activités », déplore Meyers au fil d’un entretien en présence d’autres membres du conseil d’administration (François Fornieri, Olivier Servais et Jacques Tison) et de Stéphane Moreau.

 

Quel avenir pour les Editions de L'Avenir ?

Qu’en est-il de L’Avenir ? Pierre Meyers détaille dans Le Soir: «Il y avait des synergies vraiment sérieusement étudiées entre Voo et L’Avenir, mais on a bien compris que politiquement, cela n’avait aucun sens. Et donc on recherche toujours activement une solution pour céder la totalité des titres des Editions de l’Avenir. Nethys ne sera plus actionnaire. Il y a quatre pistes en discussion, et on sera extrêmement attentif au maintien du pluralisme de la presse: on a bien compris que c’est un objectif majeur.»

Sur le même dossier, L’Echo parle, lui, de trois pistes et d’un accord imminent.

 

« Quand les opérations de privatisation seront accomplies, Stéphane Moreau, Bénédicte Bayer, Pol Heyse et Jos Donvil ne seront plus là. On met fin à leurs contrats, sans indemnité, sans parachute et sans incentive financier liés aux opérations. On les licencie », a déclaré Meyers. « Demain, quelqu’un d’autre gérera Nethys », assure le président qui déplore que les autorités n’aient pas songé à un manager ad interim à nommer « illico ». 

Stéphane Moreau devrait aller chez Ardentia, présidé par l’homme d’affaires liégeois François Fornieri: « Lorsque j’ai fait offre pour Win et Elicio, j’ai précisé que ce serait à une seule condition: je prends le management avec moi. (...) Mais il peut être aussi administrateur d’autres sociétés que les miennes », a souligné Fornieri en cours d’entretien.