MONDE

Poutine propose à Ryad d’acheter des missiles russes

Poutine propose à Ryad d’acheter des missiles russes

© Reuters/Sergei Karpukhin

Le président russe Vladimir Poutine a proposé lundi à l’Arabie saoudite d’acheter un système de missile anti-aérien russe pour défendre son territoire après les attaques qui ont visé ses infrastructures pétrolières durant le week-end.

«Nous sommes prêts à aider l’Arabie saoudite pour qu’elle puisse protéger son territoire. On pourrait le faire de la même manière que l’Iran a déjà fait en achetant les systèmes de missiles russes S-300 et de la même manière que la Turquie a déjà fait en achetant les systèmes de missiles russes S-400», a déclaré M. Poutine à Ankara. Ces armes «vont sûrement protéger n’importe quels sites d’infrastructures en l’Arabie saoudite».

La coalition dirigée par l’Arabie saoudite au Yémen a affirmé lundi que les armes utilisées dans cette attaque, qui a réduit brutalement l’approvisionnement du monde en or noir et réveillé la crainte d’une escalade militaire entre Washington et Téhéran, avaient été fabriquées en Iran.

Elle a été revendiquée par les rebelles Houthis du Yémen, pays en guerre où Ryad intervient depuis 2015 à la tête d’une coalition militaire aux côtés du gouvernement face à la rébellion soutenue par l’Iran.

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a estimé qu’il n’y avait aucune preuve que cette «attaque sans précédent contre l’approvisionnement énergétique mondial» soit venue du Yémen, Washington accusant l’Iran d’en être à l’origine.

La Russie a pour sa part appelé lundi la communauté internationale à «ne pas tirer de conclusions hâtives» après cette attaque.

«Nous appelons tous les pays à s’abstenir de toute action ou conclusion hâtive à même d’aggraver la situation mais, au contraire, à maintenir une ligne qui aidera à l’apaiser», a déclaré aux journalistes le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Pour l’Iran, le Yémen ne fait que se défendre

Le président iranien Hassan Rohani a justifié lundi les attaques contre l’Arabie saoudite revendiquées par les rebelles au Yémen, affirmant que ces derniers «ne font que se défendre» face aux bombardements saoudiens.

«Le Yémen est la cible de bombardements quotidiens […]. Le peuple du Yémen a été obligé de répondre. Ils ne font que se défendre», a déclaré M. Rohani à Ankara à l’issue d’un sommet sur la Syrie avec ses homologues russe et turc, Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan.