WALLONIE

Vente de VOO: le cdH demande la mise en place d’une commission d’enquête

Vente de VOO: le cdH demande la mise en place d’une commission d’enquête

- reporters

Le cdH a demandé, vendredi après-midi, la mise en place d’une commission d’enquête parlementaire à la suite des nouveaux rebondissements dans le dossier Enodia (ex-Publifin) et plus singulièrement après l’accord conclu entre Nethys et le fonds d’investissement américain Providence à propos de la cession du télédistributeur Voo.

«Quelles autres décisions sont prises dans le dos des communes? Il faut la clarté la plus totale et la plus rapide dans ce dossier», a affirmé le chef de groupe des humanistes au Parlement de Wallonie, François Desquesnes, en marge du débat sur la déclaration de politique régionale.

«Le rôle du parlement, c’est de contrôler. Nous estimons, aujourd’hui, qu’il y a suffisamment d’éléments inquiétants, pour ne pas dire puants, qui nécessitent le dépôt d’une proposition» portant sur la mise en place d’une commission d’enquête, a-t-il ajouté.

Vendredi, Le Soir rapportait que Nethys avait signé une offre liante pour la vente de Voo au fonds américain Providence, une opération qui s’est faite à l’insu des administrateurs de sa maison-mère, l’intercommunale liégeoise Enodia (ex-Publifin, détenue par la province et les communes liégeoises).

Ce deal serait toutefois soumis à une condition suspensive: la cession, d’ici fin octobre, par les actionnaires wallons et bruxellois du télé-distributeur Brutélé, partenaire de Nethys au sein de Voo, de leurs parts dans Enodia, ajoutait le quotidien.

 

«L’urgence ? Faire appliquer les recommandations»

«L’urgence, aujourd’hui, c’est de faire appliquer les recommandations de la commission Publifin», a affirmé lundi le chef de groupe Écolo au Parlement de Wallonie, Stéphane Hazée, alors que le deal conclu en mai dernier entre Nethys et le fonds américain Providence, resté secret jusqu’à vendredi dernier, suscite de nombreux remous.

Face à ce nouveau rebondissement, le cdH a demandé, lundi, la mise en place d’une nouvelle commission d’enquête parlementaire.

«Je suis surpris de cette requête qui apparaît comme de la surenchère politique», a commenté M. Hazée.

«Lundi matin, les différents groupes ont convenu que la commission des Pouvoirs locaux – dont la composition n’a été décidée qu’en fin daprès-midi lors d’une réunion du bureau élargi, NDLR – discute rapidement de ce dossier. Mais en fin de journée, on est déjà dans la demande suivante», a-t-il ajouté.

«Nous avons déjà eu une commission d’enquête, qui a abouti à des recommandations précises de nature à résoudre le problème qui se pose à nous aujourd’hui», a poursuivi Stéphane Hazée.

Pour le chef de file Écolo au parlement wallon, «le gouvernement, désormais, doit prendre l’initiative d’entamer les procédures» qui permettront de remettre de l’ordre au sein de l’intercommunale.

«Il faut respecter la législation qui prévoit une mise en demeure puis l’envoi d’un commissaire spécial du gouvernement», a encore affirmé Stéphane Hazée, dont les interventions lors de la commission Publifin sont restées dans les mémoires.

Lundi matin, le nouveau ministre des Pouvoirs locaux, le socialiste Pierre-Yves Dermagne, ne disait pas autre chose, affirmant notamment vouloir respecter la procédure et envoyer, dans un premier temps, une demande d’informations chez Enodia et Nethys. Il n’a ensuite pas souhaité réagir à la demande du cdH.

Au terme du bureau élargi du parlement, on a appris que la commission des Pouvoirs locaux se réunira finalement jeudi après-midi, avec à son ordre du jour le dossier Nethys.