LIÈGE

Procès d’Eddy Michel: la Communauté française se constitue partie civile

Procès d’Eddy Michel: la Communauté française se constitue partie civile

Le procès d’Eddy Michel se déroule en ce moment à la cour d’assises de Liège. BELGA

La Communauté française de Belgique, service éducation, s’est constituée partie civile lundi au procès d’Eddy Michel, un enseignant liégeois âgé de 39 ans, accusé des assassinats de ses deux enfants.

Cette constitution de partie civile a été reçue par la cour, même si les avocats de l’accusé avaient estimé que cette partie n’avait aucun intérêt à agir au procès.

Les faits reprochés à Eddy Michel s’étaient déroulés le 30 septembre 2017 à Sainte-Walburge (Liège). Eddy Michel n’avait pas accepté la séparation avec sa compagne et avait tué de plusieurs coups de couteau leurs deux enfants, Timothé (4 ans) et Jules (6 ans).

Tous les membres de la famille des deux enfants victimes des faits s’étaient déjà constitués bien avant le procès devant la cour d’assises. Lundi, lors de l’ouverture des débats, un avocat s’est présenté pour se constituer partie civile au nom de la Communauté française de Belgique, service éducation. Il s’agit de l’employeur d’Eddy Michel, professeur d’éducation physique dans une école d’enseignement spécialisé d’Amay, qui estime avoir subi un préjudice. Cette partie civile s’est constituée en réclamant, à ce stade des débats, un euro provisionnel.

Les avocats d’Eddy Michel s’étaient opposés à cette constitution de partie civile, estimant qu’elle n’a aucun intérêt à agir dans ce procès. Mais dans un arrêt prononcé en début d’après-midi, la cour a reçu cette constitution de partie civile et a admis la Communauté française au procès. «Mais cela ne préjuge en rien de ce qu’elle obtiendra ce qu’elle réclame», a précisé le président Gorlé.