Aux bons souvenirs de Trois cafés gourmands

Aux bons souvenirs de  Trois cafés gourmands

Jérémy, Sébastien et Mylène, les Trois cafés gourmands. Cyril Zannettacci / Agence VU' p

Ils ont donné leur premier concert belge aux Solidarités fin août à Namur et reviendront à Bruxelles, à La Madeleine, le 19 novembre. Le JDE a rencontré pour vous le groupe Trois cafés gourmands.

Mylène, Jérémy et Sébastien sont copains d’enfance. Ils ont grandi en Corrèze (Sud-Ouest de la France). Après avoir joué des années ensemble pour le plaisir, sans donner de nom à leur trio, ils finissent par baptiser leur groupe «Trois cafés gourmands». Puis, une de leur chanson devient un tube: À nos souvenirs.

Cette chanson a une drôle d’histoire. Mylène raconte: «On l’a écrite en 2012 et chantée à un baptême en 2013. Puis, la famille a suggéré qu’on la refasse en live, sur scène, dans un de nos concerts. Et après, les jeunes ont commencé à se la passer en vidéo. On l’a enregistrée bien après! On a tout fait à l’envers, en fait. On faisait des concerts et, c’est parce qu’on avait un certain succès qu’une maison de disques est venue nous chercher pour enregistrer nos chansons..

Début 2019, Jérémy et Sébastien ont fini par abandonner leur boulot d’ingénieur et de professeur de maths pour devenir musiciens professionnels, comme Mylène. Revenir de concert à 4 heures du matin, après avoir traversé la France de nuit, puis donner cours à sa classe à 8 h, ça devenait vraiment trop dur!

Les enfants, mais pas que...

Le succès est tel qu’À nos souvenirs fait l’objet d’un nombre incalculable de reprises, parodies, adaptations postées sur YouTube. On a notamment repéré celle de deux enfants, Pierre et Antoine, qui ont réécrit les paroles... C’est devenu Redonnez nos écrans. «On a du mal à toutes les voir, parce que ça fleurit, explique Jérémy. Mais celle-là est drôle, je l’ai vue, oui

Parmi les titres de Trois cafés gourmands, Évidemment contient un message pour les enfants, non? Sébastien, qui écrit la majorité des textes, répond: «Le but au départ, c’est de remercier le public. Puis ça se termine par la phrase: Vivez vos rêves, même les plus fous, soyez tous fous!»

C’est le bouche à oreille sur les téléphones, entre jeunes, qui a donc été le point de départ du succès. Mais aujourd’hui, le public est très diversifié. «On est superchanceux, dit Mylène. Il y a un grand mélange au niveau des âges.»

Jérémy approuve: «On ne sait pas pourquoi, notre musique plaît beaucoup aux enfants et aux jeunes. Puis, ça se propage aux parents et aux grands-parents. Et ils viennent tous à nos concerts. » Des concerts où le trio est complété par cinq autres musiciens. «Chaque note, chaque accord est joué en direct. On n’a rien qui tourne derrière. » Et ça donne des moments festifs, joyeux, avec une sacrée ambiance!

Le sondage de la semaine