BASKET

VIDÉOS | Luis Scola, le Benjamin Button du basket: «Pour moi, c’est naturel»

VIDÉOS | Luis Scola, le Benjamin Button du basket: «Pour moi, c’est naturel»

À 39 ans, Luis Scola dispute son cinquième mondial et semble toujours plus fort. Montage ÉdA – Photos AFP

À 39 ans et 134 jours, Luis Scola réalise un Mondial de basket exceptionnel. L’Argentine est en demi-finale de la Coupe du monde et le doit en grande partie à son capitaine.

Luis Scola vit une seconde jeunesse. Âgé de 39 ans, le capitaine de l’Albiceleste n’en finit plus d’impressionner et de ridiculiser des jeunes joueurs d’une vingtaine d’années.

Hier, l‘ailier de 2m06 a été un des grands artisans de la qualification de son pays pour les demi-finales de la Coupe du monde. Cela faisait 13 ans que l’Argentine attendait de retrouver le dernier carré d’un Mondial.

À cette époque, Scola était déjà bien présent. À 26 ans, il compilait 14,3 points et 7 rebonds de moyenne par rencontre.

VIDÉOS | Luis Scola, le Benjamin Button du basket: «Pour moi, c’est naturel»
Le 26 août 2006, l’Argentine bat la Nouvelle-Zélande 79-62 en huitième de finale du Mondial. L’Albiceleste de Luis Scola terminera au pied du podium. BELGAIMAGE

Le Benjamin Button argentin

Treize ans plus tard, ses statistiques sont meilleures. Si l’ancien joueur des Houston Rockets a depuis coupé sa longue chevelure facilement identifiable, il n’a rien perdu de son intelligence de jeu sur un parquet de basketball.

Devenu capitaine de la sélection, Scola tourne à moyenne de 17,8 points et 7,3 rebonds par rencontre. Sa performance incroyable face à la Serbie, favorite du tournoi, a été saluée par tous.

Je comprends que tout le monde parle de mon âge, mais mon cerveau ne fonctionne pas ainsi

Comme le bon vin, Luis Scola se bonifie avec l’âge. Comme Benjamin Button, il vit sa vie à l’envers. Chaque année et chaque mondial, il semble de plus en plus jeune et de plus en plus fort.

«Je comprends que tout le monde parle de mon âge, mais mon cerveau ne fonctionne pas ainsi», soutient-il.

VIDÉOS | Luis Scola, le Benjamin Button du basket: «Pour moi, c’est naturel»
Le 10 septembre 2019, Luis Scola sort son costume de gala et plante 20 points face à la Serbie, favorite de la compétition. AFP

«Je ne vais pas sur le terrain en me disant: ‘Oh, mon Dieu, je suis plus vieux que ces gars. Oh, mon Dieu, ces gars ont 10, 15, 20 ans de moins que moi.’ Ce sont mes coéquipiers. Pour moi, c’est naturel. Je joue avec ces gars depuis 6, 7 ans. Je ne pense pas à mon âge à chaque fois que j’entre sur le terrain ou que je touche le ballon. Je pense juste au fait que je suis un joueur de basket.»

Je joue avec ces gars depuis 6, 7 ans. Je ne pense pas à mon âge à chaque fois que j’entre sur le terrain ou que je touche le ballon

Et cela fonctionne à merveille. Il ajoute également que: «Ce n’est pas une tournée d’adieux. C’est une Coupe du monde. Nous essayons de gagner, nous essayons d’aller chercher une médaille. Je suis prêt et si je suis sur le terrain, c’est parce que le coach pense que je peux aider l’équipe à gagner. C’est comme ça que nous procédons. Nous ne pensons pas à l’âge des joueurs. J’aime jouer avec eux. Ils sont jeunes, ils me donnent de l’énergie. Mais je ne pense pas ainsi lorsque je suis sur le terrain».

Vendredi, l’Argentine affrontera le vainqueur de la rencontre France-États-Unis pour une place en finale de Coupe du monde. Après sa médaille d’argent de 2002, Luis Scola pourrait ajouter une nouvelle breloque à son magnifique palmarès.

Deuxième meilleur marqueur de l’histoire

Champion olympique en 2004, «Luifa» vient d’égaler un record en disputant cinq mondiaux d’affilée. Mais ce n’est pas tout…

Le 2 septembre 2019, à l’occasion du deuxième match de poule de l’Argentine, Scola réalise un double-double (23 points et 10 rebonds) face au Nigéria et devient le deuxième meilleur marqueur de l’histoire du Mondial. Avec ses 680 points, il ne deviendra toutefois jamais le numéro 1. Le Brésilien Oscar Schmidt est irrattrapable avec 906 unités.