Quand il était petit, Laurent Van Asselt passait ses vacances dans des camps d’archéologie au moulin du Stwerdu, à Fallais.

Vingt ans plus tard, il rachète la maison voisine et devient gestionnaire du site du moulin. Pour redonner vie à ce patrimoine classé du XVIIe siècle, il décide alors de ramener le moulin à sa fonction originelle: la production d’huile et plus précisément d’huile de colza. «Mais refaire tourner les meules du moulin n’est malheureusement plus possible », explique Laurent. Aujourd’hui, il produit donc son huile dans un atelier aménagé dans son habitation. Une huile de colza qui est pressée à froid. «De ce fait, l’huile conserve toutes ses qualités alimentaires. » Avec cette huile artisanale, on ne peut pas cuire un steak par exemple «car elle supporte des températures jusqu’à 150 degrés», précise Laurent, «Mais on peut s’en servir pour aromatiser des plats, pour des vinaigrettes, des salades de fruits,…» Laurent a également imaginé deux autres produits à base de son huile de colza: une vinaigrette et ce qu’il a appelé une crème colzamique (inspirée de la crème balsamique). «C’est un produit qui a de plus en plus de succès auprès des personnes qui l’ont goûté. » Cette crème colzamique s’associe très bien avec le fromage ou les salades. Durant la saison des noix, Laurent propose aussi de presser vos noix pour en faire une huile. «Les gens viennent avec leurs cerneaux de noix et ils repartent avec leur bouteille. » En parallèle de sa production, Laurent Van Asselt poursuit également la restauration du moulin du Stwerdu avec l’aide de bénévoles. Leur objectif: remettre la roue du moulin. Mais cela a un coût important. «Il nous faut environ 50 000€.» En attendant, chaque année, entre 1500 et 2000 personnes visitent le moulin classé de Fallais.