Dimitri et Sophie se sont lancés, il y a quelques années, dans une immense aventure: transformer la ferme familiale – dans la famille de Sophie depuis 6 générations – en domaine vinicole bio et biodynamique (le 1er du pays) offrant des cépages nobles champenois.

Son nom? Maison Wautier. Quand on sait que le meilleur vin effervescent (pour ne pas dire «champagne», une appellation protégée) est belge (le Ruffus a remporté le concours mondial de Bruxelles en 2017), on se dit que la Belgique a un bel avenir en la matière, à plus forte raison que le réchauffement climatique fait désormais de notre pays un lieu «idéal» pour ce type de culture. «Les 1er arbres ont été plantés en 2015, note Dimitri. Nous avons veillé à la biodiversité, avec notamment des gojis, kiwaïs, cassis, groseilles, sureau, néflier… tout autour des vignes.» La 1re cuvée est prévue en 2020 avec 2 500 bouteilles, même si le couple ambitionne 40 000 bouteilles d’ici 2023-24. «Nous avons mis sur pied le club W, qui compte déjà 340 membres. Cela signifie que pour une somme donnée (500, 1 000 ou 3 000 euros), les membres reçoivent l’équivalent en bouteilles, sur plusieurs années. Une fois membre, vous participez également à une série d’événements autour du vin afin de vous approprier réellement le projet.» À côté du vin bio et biodynamique (certifié par Demeter et unique en Belgique), Sophie et Dimitri ont également créé, dans un même esprit, 5 ruches en biodynamie, et 3 000 m2 de verger participatif. «Le bio et la biodynamie se sont imposés à nous par conviction et parce que nous partions de zéro. Il est beaucoup plus difficile d’assurer une transition non-bio à bio lorsqu’un système est déjà en place. Ce n’est pas non plus l’opération la plus rentable, mais c’est avant tout un projet de vie respectueux de la nature et de l’homme.»

www.domaine-w.be