BELGIQUE

Départ de Dominique Leroy de Proximus: «J’ai toujours désiré avoir une expérience internationale»

Départ de Dominique Leroy de Proximus: «J’ai toujours désiré avoir une expérience internationale»

Dominique Leroy BELGA

«J’ai toujours désiré avoir une expérience internationale», a indiqué jeudi soir la CEO de Proximus Dominique Leroy, dans une petite vidéo adressée à son personnel et diffusée par plusieurs médias, à la suite de l’annonce de son passage chez KPN en décembre.

«Mon mandat de CEO chez Proximus arrive à son terme à la fin de cette année et j’ai réfléchi à ce que je voulais faire après avoir passé 8 ans chez Proximus dont 6 ans comme CEO. Si Proximus est une société à laquelle je suis profondément attachée j’ai néanmoins décidé de ne pas renouveler mon mandat de CEO», déclare Dominique Leroy qui a décidé de rejoindre KPN en tant que CEO à la fin de l’année à Amsterdam. «J’ai passé toute ma carrière professionnelle en Belgique et cela pour des raisons personnelles et familiales […] Maintenant que mes enfants sont grands, j’ai accepté la proposition de KPN».

«Proximus est une superbe entreprise avec un bel avenir devant elle en voie de s’adapter dans un monde en pleine mutation», a-t-elle ajouté. «En fin d’année, je quitterai Proximus avec le sentiment d’avoir accompli avec vous (personnel) de nombreuses choses», dit-elle encore en citant notamment le changement de nom de Belgacom en Proximus, la nouvelle culture d’entreprise, le retour à plusieurs années de croissance et le lancement de la fibre.

Concernant le plan de transformation chez Proximus, Dominique Leroy a précisé qu’elle avait l’ambition de finaliser les discussions avec les partenaires sociaux avant son départ.

Un salaire plus important

Dominique Leroy percevra un salaire de base de 935.000 euros chez KPN, à quoi s’ajouteront les bonus. L’an dernier, sa rémunération de base chez Proximus s’élevait à 523.000 euros. La CEO de l’opérateur semi-public quittera la Belgique sans indemnité de départ, a indiqué un porte-parole de l’entreprise.

Avec les bonus de l’an dernier, Mme Leroy avait tout de même cumulé un total de 940.546 euros chez Proximus. C’est relativement peu pour le secteur des télécoms car, pour l’opérateur public, l’État belge impose un plafond de rémunération.

Son prédécesseur chez KPN, Maximo Ibarra, a engrangé l’an dernier près de 1,5 million d’euros, bonus inclus.

Le contrat de l’administratrice déléguée contient une clause lui interdisant, pour une période de 12 mois après son départ du groupe, de travailler pour un concurrent de Proximus en Belgique et dans les pays où l’entreprise génère au moins 5% de son chiffre d’affaires. Son départ vers KPN ne tombe pas sous le coup de cet engagement.