BRUXELLES

Comme Jump avec ses vélos, Felyx retire ses scooters de certaines zones de Bruxelles

Comme Jump avec ses vélos, Felyx retire ses scooters de certaines zones de Bruxelles

Les scooters verts de Felyx subissent le vandalisme dans certains quartiers. Reporters / HERCHAFT

Les scooters Felyx, comme les vélos Jump d’Uber, sont retirés de certaines zones bruxelloises. En cause: le vandalisme et le danger qui en découle pour les clients.

On apprenait ce 4 septembre qu’Uber retire ses vélos électriques partagés de plusieurs communes bruxelloises. En cause: le vandalisme et l’insécurité de ses travailleurs.

Plus tôt, La Libre annonçait ce 31 août que l’opérateur de scooters partagés Felyx en avait fait de même. Implantée depuis juin dans la capitale, la boîte néerlandaise supprime ses véhicules vert bouteille du quartier de Laeken et des environs de l’Atomium.

Comme avec les vélos rouges d’Uber, c’est le vandalisme qui est en cause. «Casques manquants, pare-chocs et rétros brisés, scooters abîmés...: ces dégradations mettent en péril la sécurité de nos clients», explique le porte-parole à notre confrère.

Conséquence, les «nombreux» touristes qui utilisaient les scooters électriques pour visiter Atomium ou Mini Europe devront se trouver un autre moyen de locomotion pour gagner le Heysel.

Pour rappel, les deux-roues néerlandais ne peuvent s’activer ou se déposer que dans une zone bien précise de Bruxelles: Bruxelles centre, les communes d’Ixelles, Etterbeek, Saint-Gilles et Uccle, et dernièrement celles de Watermael-Boitsfort et Woluwe-Saint-Lambert.


Nos dernières videos