ENVIRONNEMENT

Les associations environnementales dénoncent les plans de déboisement d’Ineos à Anvers

Les associations environnementales dénoncent les plans de déboisement d’Ineos à Anvers

- Photo News

Selon le mouvement citoyen Antwerpen Schaliegasvrij, près de 208 personnes auraient également introduit individuellement un recours par mail auprès du port.

Une trentaine d’associations environnementales belges et étrangères dont ClientEarth, ont introduit, jeudi, un recours contre les plans de déboisement du géant chimique britannique Ineos dans le port d’Anvers, en vue de la construction de deux nouvelles usines.

Jeudi marquait précisément la fin de la période pendant laquelle une réclamation pouvait être introduite dans le cadre du «déboisement et des travaux préparatoires» relatifs aux projets d’investissements d’Ineos dans le port d’Anvers.

Le géant chimique britannique entend en effet y couper 55 hectares de bois en vue de la construction de deux nouvelles usines à Lillo. Un projet de trois milliards d’euros qui a soulevé bon nombre de critiques au sein des associations de protection de l’environnement ces dernières semaines.

Les organisations environnementales dénoncent notamment le fait qu’Ineos a disjoint les rapports sur les effets environnementaux du déboisement et les plans de construction des installations. «C’est totalement illégal au regard du droit belge et européen», explique Peter Lievens de Antwerp Schaliegasvrij, soulignant qu’ainsi «l’impact négatif sur le climat n’est pas du tout pris en compte.»

Couper des arbres en vue de construire des installations dont on n’est pas sûr qu’elles obtirendront un permis apparaît en outre prématuré aux yeux de nombre d’associations.

La pétition initiée par Antwerpen Schaliegasvrij a rassemblé en quelques jours près de 4.500 signatures. Environ 280 personnes auraient également introduit un recours individuel contre ce projet selon l’association.