RÉGIONS

Anderlecht: un nouveau quartier de près de 75.000 m2 commencera à sortir de terre d’ici quatre ans

Anderlecht: un nouveau quartier de près de 75.000 m2 commencera à sortir de terre d’ici quatre ans

L’espace visé est situé entre les rues de la Petite île, des Goujons, et la ligne de chemin de fer qui rejoint la gare du Midi toute proche. citydev.brussels

À Anderlecht, le projet Citygate II est appelé à prendre forme sur un ancien morceau de ville consacré à des activités industrielles peu compatibles avec l’habitat et par conséquent quelque peu méconnu des habitants de la capitale.

Un nouveau quartier durable de près de 75.000 m2 de logements sociaux et conventionnés, d’écoles, et d’espaces réservés à des activités économiques commencera à sortir de terre d’ici quatre ans dans le périmètre du Plan Canal, à Anderlecht. La Société du Logement de la Région Bruxelloise (SLRB) et citydev.brussels ont annoncé ce jeudi l’attribution du marché d’auteur de projet «Petite île/Citygate II» à l’association momentanée internationale de bureaux internationaux SBa (Sergison Bates architects)/KSA (Korteknie Stuhlmacher Architecten)/AHA (Aurélie Hachez Architecte)/noA (noAarchitecten).

Y sont également associés, BOOM Landscape, Group D, Détang Engineering, Antea Group, Daidalos Peutz et Codives. L’annonce a eu lieu en présence des autorités communales anderlechtoises et de la nouvelle secrétaire d’État au Logement de la Région bruxelloise Nawal Ben Hamou (PS).

L’espace visé est situé entre les rues de la Petite île, des Goujons, et la ligne de chemin de fer qui rejoint la gare du Midi toute proche.

Il jouxte celui sur lequel sort actuellement de terre le projet «CityGate I», situé pour sa part entre la rue Docteur Kuborn, la rue des Deux Gares et la rue des Marchandises. Comme celui-ci, le projet Citygate II est appelé à prendre forme sur un ancien morceau de ville consacré à des activités industrielles peu compatibles avec l’habitat et par conséquent quelque peu méconnu des habitants de la capitale.

Il prévoit la construction d’environ 400 logements (277 sociaux et 120 conventionnés), une école francophone à pédagogie active d’une capacité de 1.250 élèves, et environ 15.000 m2 d’espaces d’activités économiques et de parkings.

Le projet se veut ambitieux dans les thématiques de préfabrication, du réemploi, de l’environnement urbain, de la gestion de l’eau, de la gestion et de la participation.

L’insertion d’activités et de lieux communautaires ouverts au public (cafés, cantine, bibliothèque, salle de sport,…) devrait contribuer à désenclaver le quartier, et à créer du lien entre groupes de personnes distincts (dirigeants d’entreprise, enseignants, élèves, habitants, visiteurs).

Le site ne restera pas à l’abandon d’ici 2023. Depuis son achat par citydev.brussels en 2015, l’opérateur bruxellois de soutien au développement économique y a attiré une série d’activités temporaires (menuiserie, skate park, ateliers d’artistes et d’artisans,…).