Depuis 10 ans maintenant, les pleins des bolides des 25 Hours Fun Cup sont assurés par une partie des 300 bénévoles de l’ASBL CADRE (Centre d’Aide au Développement et Recherche d’Émancipation).

Pour les Formule 1 et d’autres événements au circuit de Spa-Francorchamps, c’est aussi eux qui assurent le service shuttle ou la sécurisation des carrefours pour la parade des 24 heures. Des prestations indispensables à la survie de l’ASBL. «Comme on ne dispose d’aucun subside, c’est grâce à ce genre de prestations que le service d’accueil de jour pour adultes handicapés La Cad’rine peut accueillir à temps plein huit bénéficiaires», explique Vanessa Raway, coordinatrice de l’association. La Cad’rine a ouvert à temps plein l’an passé sur les hauteurs de Malmedy sur la thématique de la «ferme pédagogique». Potagers, serres, poules, ruches et chèvres naines occupent ainsi le terrain acquis par l’ASBL Cadre et sont gérés par de jeunes adultes porteurs d’un handicap. Un éducateur a été engagé sur fonds propres pour les encadrer en attendant un accord de financement de l’AViQ (l’Agence pour une vie de qualité). Un financement attendu depuis longtemps, depuis en fait la création de l’ASBL par des parents voilà 15 ans pour assurer un avenir à leur enfant porteur d’un handicap. «Le permis pour notre ferme pédagogique afin d’accueillir 25 jeunes est octroyé. Si on nous dit que demain, on peut construire, on le fait. Chaque année, on va frapper à la porte de l’AViQ mais il y a un moratoire sur le nombre de place d’accueil. On nous fait des promesses mais il faut trouver l’argent», signale Vanessa Raway. Heureusement, des donateurs et des partenaires permettent à l’ASBL d’avancer. Mais seul un refinancement de l’AVIQ et la levée du moratoire permettrait de trouver une solution pérenne.