ENVIRONNEMENT

La carte de l’air irrespirable: Greenpeace tire la sonnette d’alarme

Greenpeace India, aidée des données de la NASA, a dessiné la carte mondiale de la pollution atmosphérique. Dans leur ligne de mire, les principaux foyers d’émission de dioxyde de soufre.

La Belgique évite la couleur rouge des endroits les plus pollués, mais la situation de notre pays n’est pas brillante pour autant sur la carte dressée par Greenpeace India.

L’antenne indienne de l’ONG de protection de l’environnement a utilisé les données satellitaires de la NASA pour publier cette carte qui révèle les plus gros émetteurs de pollution et donc les endroits où l’air est le plus pollué. Le SO2, soit le dioxyde de soufre, l’un des principaux polluants, y est traqué.

Les centrales électriques alimentées au charbon et au pétrole, ainsi que les raffineries, sont responsables des deux tiers des émissions humaines de SO2 traquées par les satellites de la NASA.

Les points les plus critiques de la carte se trouvent en Russie, en Afrique du Sud, en Iran, en Arabie saoudite, en Inde, au Mexique, aux Émirats arabes unis, en Turquie et en Serbie. Mais l’Europe de l’ouest est aussi touchée.

Chaque année, 4,2 millions de personnes meurent prématurément à cause de la pollution, selon un rapport de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Le même rapport indique que 91% de la population mondiale vit dans des zones dépassant les normes de qualité de l’air de l’OMS.