MONDE

«42», une école française d’informatique qui bouscule les codes

«42», une école française d’informatique qui bouscule les codes

En Belgique aussi il existe une école de codage comme celle de Uccle, la «19 coding school» BELGA

Au cœur de l’été, Paris vit au ralenti. Mais en ce mois d’août, ce n’est pas le cas pour quelques centaines de jeunes gens, entrés dans la troisième semaine d’un marathon pour tenter d’intégrer une école d’un genre nouveau, l’école 42.

Cette école de codage informatique gratuite a été créée par le milliardaire français des télécoms Xavier Niel en 2013 pour aider les jeunes à trouver du travail ou, mieux encore, à devenir leur propre patron. Elle tire son nom du roman «Le guide du voyageur galactique» de Douglas Adam, dans lequel l’ordinateur donne comme réponse à «la grande question de la vie, l’univers et tout»: «42».

L’établissement a connu un succès fulgurant. Environ 40.000 apprentis développeurs postulent chaque année. Mais seuls 3.000 se disputeront le millier de places disponibles, à travers la session de tests de quatre semaines baptisée la «piscine», organisée dans un immeuble ultra-moderne.

Pendant «la piscine», l’immersion est totale: les candidats consacrent de 10 à 16 heures par jour aux épreuves et à des projets.

Un projet qui s’est installé en Belgique en 2018

Ce projet étant un véritable succès, il a été et a été importé sur notre territoire par Ian Gallienne, John-Alexander Bogarts et Stéphane Salberter.

Certains étudiants comme Acacio, jeune Bruxellois, ont d’abord été s’initier au programme à Paris avant de suivre le programme à la «19 coding school», partenaire de la plateforme 42, à Uccle.

Selon lui, c’est un programme qui présente de nombreux avantages outre le fait que l’étudiant qui s’y inscrit ne doit rien débourser en frais d’inscription.

Le programme démarre par un test d’un mois pour vérifier les capacités de l’étudiant à comprendre et avancer par soi-même.

«Le seul responsable de l’apprentissage, c’est toi-même»

«L’école étant ouverte toute la journée, elle permet à l’étudiant de combiner un job sur le côté parallèlement à l’étude au sein de la coding school. Il faut tout de même rester assidu, car l’école vérifie si l’étudiant est actif au sein de l’école et il y a également des deadlines à respecter pour la remise de divers projets», comme le déclare Acacio.

Une fois les tests passés, le programme de la coding school dure maximum un an et demi avec près de 8 projets (seul et en groupe) de codage à réaliser.

Après quelques mois, l’étudiant à l’opportunité d’effectuer des stages au sein de grosses entreprises qui financent l’école. Des stages qui permettent une mise en pratique des connaissances acquises et qui constituent une véritable plus-value dans la recherche d’un futur travail dans le secteur informatique.

Une correction solidaire des projets

Là où, dans un enseignement classique, les corrections sont faites par les enseignants, ici ce sont les étudiants qui corrigent leurs projets entre eux, en se basant sur une fiche technique établie par l’école, nous précise Acacio. Un système qui permet de faire appel aux capacités de chacun et d’assurer une complémentarité entre les élèves afin de mieux comprendre là où ils se sont trompés.