Bastogne

Des avions historiques sur des aérodromes temporaires début septembre autour de Bastogne

Des avions historiques sur des aérodromes temporaires début septembre autour de Bastogne

Des avions historiques sur des aérodromes temporaires début septembre autour de Bastogne Facebook 75 eme Anniv Libération Vaux-sur-Sûre Aérodrome de Chenogne

Les communes de Bastogne et Vaux-sur-Sûre ont accepté, dans le cadre des commémorations du 75e anniversaire de la bataille des Ardennes, de recréer du 5 au 8 septembre, puis en décembre et en janvier, des aérodromes temporaires, tels qu'ils existaient en 1944, avec une activité aérienne permanente d'avions de reconnaissance alliés, a-t-on appris vendredi auprès des promoteurs de cette reconstitution historique.

Ils prévoient de reconstituer un "aérodrome temporaire d'époque" à Chenogne, un hameau de Vaux-sur-Sûre, (baptisé EBX1) et un de secours à Jodenville-Morhet (EBX2, également sur la commune de Vaux-sur-Sûre), ainsi qu'un autre aérodrome temporaire à Bizory (EBX3) sur la commune de Bastogne.

"Cet évènement est destiné en priorité aux avions de liaisons alliés utilisés entre 1940-1945 (comme des Piper L4, Stinson L5, ...) ou leurs copies en tout point conformes. En fonctions des possibilités et de leur intérêt historique ou commémoratif, des avions d'autres types correspondant à l'esprit de l'évènement pourront être admis (comme des Auster, des Piper PA-18, L18-21, voire des Fieseler Storch allemands)", précisent les organisateurs dans un communiqué.

Cette initiative, baptisée Piper Cub Ardennes 1944-2019, émane notamment de Philippe Mordant, passionné de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale et copropriétaire d'un Piper L-4H Grasshopper (la version militaire, dédiée à l'observation et au réglage des tirs d'artillerie, du Piper J-3 Cub civil).

A l'époque, les aérodromes de campagne américains et britanniques n'étaient en général que de grandes prairies permettant à des avions légers d'y atterrir et d'en décoller.