ABONNEMENTS MOBILES

3G/4G illimitée: le mensonge par omission des opérateurs

3G/4G illimitée: le mensonge par omission des opérateurs

Les limites de l’Internet mobile illimité vous imposent une violente réduction de la vitesse de surf si jamais vous dépassez les quotas mensuels. Production Perig - stock.adobe.com

Proximus, Orange et Base divisent votre vitesse par plus de 100 si vous osez dépasser les limites de l’illimité.

C’est une étrange tradition. L’illimité n’est jamais vraiment illimité dans le monde des abonnements mobiles. Exemple concret: la 3G/4G illimitée.

Les trois propriétaires d’un réseau mobile en Belgique posent des limites mensuelles sensiblement différentes.

- Proximus XL Unlimited (42,99€ par mois): 20 GB (gigabytes) en Belgique et 16 GB au sein de l’Union européenne à vitesse maximale.

- Orange Aigle (40€ par mois): 20 GB en Belgique et au sein de l’Union européenne à vitesse maximale.

- Base Unlimited (40€ par mois): 25 GB en Belgique et 20 GB au sein de l’Union européenne à vitesse maximale.

La notion commune «à vitesse maximale» mérite d’être décortiquée.

Si les quotas et les limites de l’illimité varient sérieusement, les trois opérateurs adoptent une même logique.

Il n’est pas question de vous couper l’accès à la 3G/4G une fois les barrières franchies. Par contre, Proximus, Orange et Base s’abrogent le droit de brider sérieusement votre vitesse maximale de connexion. Genre… très sérieusement!

Les trois concurrents appliquent une réduction drastique. Ils osent vous restreindre à 512 Kbps (kilobits par seconde).

Force est de constater que ces chiffres et ces unités de mesure sont obscurs pour la majorité des clients. Et c’est là que se situe le mensonge par omission.

Proximus et Orange en première intention omettent de vous signaler qu’une vitesse de 512 Kbps (kilobits par seconde) rend votre 3G/4G extrêmement inconfortable, quasiment inutilisable dans des conditions acceptables.

Si l’on se réfère à la vitesse maximale théorique de la 4G (300 Mbps, pour mégabit par seconde), les opérateurs divisent votre vitesse par… 585.

Si l’on se réfère à des conditions réelles (vitesse de 95,6 Mbps mesurée par un site spécialisé), votre vitesse est divisée par… 186.

Dans ces conditions, pour l’avoir régulièrement expérimenté, l’ouverture d’une page web est atrocement lente, la lecture d’une vidéo YouTube exige une patience infinie.

Sur son site, Base évoque ce qu’il est possible de faire en 512 Kbps… en enfilant des lunettes roses :

«Que puis-je faire et ne pas faire avec une vitesse de 512 kbps?

Avec une vitesse de 512 kbps, vous pouvez surfer sur internet, utiliser les réseaux sociaux, lire vos e-mails et regarder des vidéos à une vitesse confortable.

Regarder la plupart des vidéos YouTube en streaming est possible (mais parfois avec des temps d’attente plus longs et une qualité moindre).»

L’expérience décrite est à des années-lumière de celle réellement vécue.