MONDE

FMI: Georgieva en tête du vote de l’UE, son adversaire «accepte le résultat»

FMI: Georgieva en tête du vote de l’UE, son adversaire «accepte le résultat»

Kristalina Georgieva devrait ainsi être désignée formellement comme candidate de l’UE pour la succession de Christine Lagarde. AFP

La Bulgare Kristalina Georgieva est arrivée en tête du scrutin pour la désignation du candidat européen à la direction du FMI, et son adversaire, le Néerlandais Jeroen Dijsselbloem, «a accepté le résultat».

«Mme Georgieva a obtenu le soutien de 56% des pays représentant 57% de la population de l’UE face à M. Dijsselbloem qui a reçu le soutien de 44% des pays pour 43% de la population», a précisé une source européenne.

Sur Twitter, le Néerlandais a félicité Mme Georgieva pour «le résultat obtenu lors du vote» et lui a souhaité «le plus grand succès».

Les ministres des Finances des 28 membres de l’UE auront une conférence téléphonique «finale» à 22H00 (20H00 GMT), pour entériner le résultat du scrutin.

La candidate Bulgare, qui avait le soutien de la France et des pays du Sud, devrait ainsi être désignée formellement comme candidate de l’UE pour la succession cet automne de Christine Lagarde, qui prend la présidence de la Banque centrale européenne (BCE).

Mme Georgieva et M. Dijsselbloem, soutenu par l’Allemagne, étaient les deux derniers candidats en lice pour ce poste qui revient traditionnellement à un Européen, après le retrait du Finlandais Olli Rehn, de la ministre espagnole des Finances, Nadia Calvino, et de l’actuel président de l’Eurogroupe, le Portugais Mario Centeno.

Pour être désignée directrice générale du FMI, Mme Georgieva doit toutefois obtenir une dérogation de la part des autres membres du Fonds monétaire international, dont les règles stipulent que le directeur général ne peut avoir plus de 65 ans lors de sa nomination. Or la Bulgare fêtera ses 66 ans le 13 août.

Face à l’absence de consensus entre les pays européens, le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, avait décidé la veille d’avoir recours à un vote des 28 pays membres de l’UE, une procédure inédite au sein de l’UE pour désigner son candidat pour le FMI.