LIMBOURG

Il rase les cheveux de sa compagne enceinte

Il rase les cheveux de sa compagne enceinte

L’homme avait également porté des coups à sa compagne. Saniphoto – photo prétexte

Le tribunal correctionnel de Verviers a condamné un Limbourgeois de 43 ans à une peine de 12 mois de prison pour traitements inhumains.

L’homme était également poursuivi pour traitements dégradants et pour des coups donnés à sa compagne enceinte. La victime s’était présentée le 9 mai dernier à la police afin d’expliquer qu’elle avait été victime d’une scène de violence de la part de son compagnon, avec lequel elle est en couple depuis octobre 2018, car elle avait refusé de lui donner le code de déverrouillage de son GSM.

Le quadragénaire l’avait poussée puis lui avait donné des coups de pied dans le dos avant de la traîner par les cheveux jusqu’à la salle de bains où il avait utilisé une tondeuse pour lui raser, dans un premier temps, l’arrière du crâne. Refusant toujours de donner son code, il avait alors décidé de lui raser l’avant du crâne.

La victime s’était aussi confiée à une amie expliquant être victime de violences conjugales depuis un certain temps, surtout lorsque le prévenu était sous l’emprise de la boisson.

Celui-ci avait minimisé les faits, reconnaissant avoir rasé le crâne de sa compagne mais niait les coups. Le tribunal a considéré, au regard des éléments du dossier, de la plainte et du témoignage d’une connaissance de la victime, que toutes les préventions étaient établies, «le prévenu voulant imposer son autorité et avilir sa jeune compagne fragilisée par son état de grossesse», relève-t-il en accordant un sursis probatoire partiel aux 12 mois de prison.

Le prévenu devra suivre une formation de 45 heures relative à ses excès de violence. Il devra aussi s’abstenir de boire et prouver cet état de fait au travers d’analyses.