TOURNAI

VIDEO| Les Tournaisiens disent au revoir à leur pont des Trous

Ce matin, à Tournai, les travaux de déconstruction du pont des Trous ont débuté. Les Tournaisiens étaient nombreux, depuis quelques jours, à venir voir leur édifice. Mais ce matin, les policiers sont plus nombreux que les badauds.

Ce matin, les travaux du pont des Trous ont débuté vers 6h. Après la phase préparatoire, les travaux de démontage ont débuté à 9h. Les pieux de stabilisation de la barge descendent jusqu’au fond du fleuve, soit 5 mètres sous le niveau de l’eau. Ils pèsent 6 tonnes chacun et nécessitent la présence d’une grue de 130 tonnes pour être mobilisés au besoin...Des sismographes ont été placés dans ls tours afin de s'assurer qu'elles ne sont pas impactées par les travaux.

Sur place, les policiers sont en nombre. En effet, des rumeurs d'appel à la mobilisation ont été signalés sur Facebook. Une source policière nous dévoilait même que des personnes préparaient un radeau afin de protester à la déconstruction. Sur place une cinquantaine de badauds sont présents.

Les travaux doivent durer jusque lundi soir en principe nous explique Christophe Vanmuysen, inspecteur général du département Expertises Hydraulique et Environnement du SPW, chargé du chantier d’élargissement de l’Escaut. Selon les prévisions, ce sont plus de 3500 tonnes de pierres et de bétons qui seront évacués en direction de Vaulx où les pierres seront triées et nettoyées. Elles prendront  ensuite la direction de la carrière de Gore à Andenne où elles seront stockées avant la reconstruction du pont en 2020.

+ VIDEO | A l'intérieur du Pont des Trous 

VIDÉO | Le gabarit du pont des Trous déjà d’actualité en 1969

Un selfie ?

Hier nous vous relations la chouette idée lancée par une Tournaisienne pour dire «au revoir» au Pont des Trous actuel: envoyer son selfie avec le monument, avant la déconstruction de ses arches. Car cette déconstruction ne laisse personne indifférent. Aujourd'hui, nous vous proposons la visite guidée.

 

Visite aux abords du pont des Trous

 


Écluse, fortifications, reconstructions, élévations, historique… visite du pont des Trous: suivez le guide!

Certains plagistes curieux de Tournai les Bains ont pu suivre Benoît Dochy pour une visite aux abords de l’édifice au cœur de l’actualité et des polémiques: le pont des trous.

La visite commence par l’évocation d’une ancienne écluse qui se trouvait à hauteur du site de Tournai les Bains. Ce n’est pas anodin dans la mesure où l’on parlait de «trous» pour nommer les mouvements d’eau générés. Ces «trous» ont donné son nom au «pont».

Benoît Dochy poursuit au Jardin de la Reine, en face du pont des Trous . Il emmène son monde sur les anciennes fortifications de la ville. Certaines sont désormais cachées sous la végétation. Le parc se trouve sur, ce qui était à l’origine, un point d’eau. Ainsi, l’étang que l’on peut y voir est plus ancien que les sentiers aux alentours.

Reconstructions

Les plagistes se rapprochent alors de l’ancienne «porte d’eau» (ce n’est pas vraiment un pont au sens strict du terme), objet des futurs travaux. En comparant les tours avec une photo d’avant-guerre, on remarque que les meurtrières sont placées plus haut qu’à l’origine.

Au début de la guerre, les Anglais avaient détruit l’arche centrale (comme les autres ponts de la ville) de manière à réduire le déploiement de l’ennemi.

Lorsqu’il s’est agi de reconstruire (ou pas) après le conflit, il a été décidé de remanier le pont de manière à répondre aux nécessités de la navigation d’alors. Les tours ont été surélevées de 2,4 m et le dessin des arches a été modifié… une première fois.

Un symbole depuis le XIXe siècle

Le guide explique que, même à l’origine, les arches étaient postérieures à la construction des tours, elles-mêmes n’ayant pas été érigées simultanément.

«Le pont des Trous, continue Benoît Dochy, n’est devenu un symbole de la ville qu’à partir du XIXe siècle.» On peut penser que le développement de la carte postale n’y est pas étranger.

De la reconstruction d’après-guerre, on peut déduire que, même si l’édifice est classé dans son ensemble, un ajustement des arches est acceptable dans la mesure où il relève du même esprit que celui de 1948: il s’agit à nouveau d’adapter le pont des Trous aux nécessités de la navigation.

C.P.