CHALLENGE HESBIGNON

La tempête Enzo s’est abattue sur Faimes

Pluie abondante, flaques et coulées de boue: rien n’a pu empêcher Enzo Noël de s’imposer au jogging des grigneuses à Faimes.

«J’avais peur de faire un vrai flop » s’exclame Benoît Lecomte peu après le départ. On pouvait aisément comprendre les craintes de l’organisateur tant les conditions météos étaient extrêmes ce samedi à Faimes. «On a 204 inscrits pour les deux courses. C’est certes moins que l’année passée mais il y a déjà eu le Condrusien hier soir (NDLR: comprenez vendredi soir). Rajoutez à cela une pluie battante et tout s’explique. » Avant même l’entame de la course, un premier changement eut lieu. Le parcours est amputé de plus de 800 m pour cause de terrain non praticable.

Pluie ou non, il faut courir. Et à ce jeu-là, c’est Enzo Noël qui s’impose face à la concurrence. Le Hannutois de 23 ans l’emporte avec 11 secondes d’avance sur Réginald Dehin. « Le parcours commençait par de la route, narre Enzo. Avec mon expérience sur la piste, c’est ce qui me convient le mieux. Réginald m’a tenu le plus possible. J’ai d’ailleurs été étonné par son niveau. Après 2 km et demi, il n’a plus été en mesure de me suivre. »

Ce n’est que plus tard que la situation est devenue plus périlleuse pour les joggeurs. «On a emprunté un chemin de terre rendu très glissant par les averses. C’était un passage assez technique. J’ai presque été obligé de passer dans un champ, il fallait être prudent », détaille le vainqueur du jour. Malgré sa solide performance, le jeune pistier grimaçait au moment d’arriver à la Ferme pédagogique de la Croix de Mer. «Déjà lors de mon entraînement du matin, j’ai senti une gêne au mollet gauche. La douleur s’est accentuée au 4e kilomètre. À mon avis, c’est une contracture. À part quelques jours de repos, on ne peut pas faire grand-chose.»

Enzo se doit d’être prudent car ses objectifs ambitieux dépassent le cadre du Challenge Hesbignon. «Ce challenge n’est pas une priorité pour moi. Je viens juste de temps en temps. En plus, je m’entraîne avec Jonathan Croquet qui est 2e au classement général. Il est actuellement au Canada et m’a demandé d’aller chercher les gros points pour éviter qu’il ne perde sa place (rires). Pour ma part, j’ai déjà la tête tournée vers le championnat de Belgique sur 5 000 mètres.»

Il y a deux semaines, Enzo avait franchi la ligne d’arrivée de l’Ampsinois en compagnie d’Adrien, son frère jumeau. Les deux frangins n’ont pas réitéré un tel exploit car Adrien était absent. « Il traverse une année compliquée la faute aux blessures. Il a préféré ne pas participer à Faimes », conclut Enzo.